Ecoutez Radio Sputnik
    Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles, Belgique

    Daech mise sur les criminels européens

    © AFP 2019 Emmanuel Dunand
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    9230
    S'abonner

    Dans la nuit de dimanche à lundi, la police bruxelloise a interpellé cinq individus soupçonnés de terrorisme dans le cadre d'une opération spéciale liée à l'enquête sur les attentats de Paris du 13 novembre.

    Les dirigeants mondiaux tirent la sonnette d'alarme: les djihadistes ont mis au point une nouvelle tactique et s'appuient désormais sur les réseaux de crime organisé qui terrorisent les civils et les touristes.

    Les attentats commis dans la capitale française ont mis en évidence un nouveau problème: Daech ne mise plus sur les adeptes loyaux de l'islam, mais sur le crime organisé — de jeunes criminels au passé très lourd, écrit le Washington Post.

    Les criminels de rue et les anciens criminels se réunissent souvent dans des groupes fortement influencés par des musulmans. Partout en Europe sévissent des bandes de jeunes issus de familles immigrées, qui volent les touristes et pillent les magasins. Beaucoup d'entre eux ont déjà fait de la prison, qui s'est transformée pour certains en "école de l'islamisme radical". Les criminels suivent souvent une formation dans des camps terroristes en Syrie, en Irak et dans d'autres pays du Moyen-Orient.

    Une de ces bandes était dirigée en Belgique par un certain "Père Noël", qui recrutait des combattants potentiels et des voleurs en les forçant à faire les poches des touristes. Il envoyait l'argent récolté aux djihadistes en Syrie et en Irak avant d'être arrêté en 2014 et condamné à 12 ans de prison.

    La méthode de Daech diverge foncièrement de la tactique d'Al-Qaïda, qui s'appuyait sur des adeptes loyaux respectant scrupuleusement les canons islamiques et était financée par des sponsors étrangers.

    Les attentats de Paris ont conduit au durcissement de la législation en Belgique où désormais, les arrestations et les perquisitions sont autorisées de nuit. En France la police n'a plus besoin de mandat pour perquisitionner des locaux résidentiels; les individus soupçonnés de terrorisme risquent une assignation à domicile et leurs complices — la perte de la citoyenneté.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    Tags:
    crime organisé, criminalité, terrorisme, police, djihadisme, Etat islamique, Europe, Bruxelles, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik