Lu dans la presse
URL courte
Par
7283
S'abonner

Ce n'est pas toujours un travail acharné qui mène aux grandes trouvailles.

La vie moderne nous fait tourner comme un écureuil en cage: travaille sans cesse, avec assiduité, et tu rencontreras le succès. C'est bien le travail qui a transformé le singe en homme et lui a permis de faire tant de découvertes!

Un homme allongé dans une chaise longue
© Sputnik . Vladimir Astapkovich
Pas si vite! On dit aussi que c'est en faisant la grasse matinée — contrairement à ses habitudes — et en observant une mouche sur son plafond que Descartes a inventé les axes X et Y qui sont aujourd'hui le fondement de notre système de coordonnées. Et c'est en prenant un bain qu'Archimède a formulé la loi de l'hydrostatique.

Le désœuvrement, en effet, pourrait avoir des effets secondaires très positifs… Et les preuves scientifiques abondent en ce sens. Bien que la fonction principale du cerveau humain soit de penser, il ne peut pas être tout le temps actif, indique le Deusche Welle, citant les travaux d'Alexander Markowetz de l'Université de Bonn. L'afflux d'informations déversées sur l'homme moderne pourrait souvent provoquer une surcharge: le cerveau est bloqué, incapable de traiter toutes les données, explique la psychologue Maria Kern.

Sandi Mann et Rebekah Cadman, deux psychologues britanniques, ont organisé une expérience prouvant les effets positifs du repos sur le cerveau. Les participants ont été partagés en trois groupes: le premier a dû lire un annuaire pendant 15 minutes, le deuxième réécrivait des numéros de téléphone, et les deux premiers groupes ont dû compléter des séries sémantiques et imaginer des moyens inhabituels d'utiliser des gobelets en plastique. Le troisième groupe a tout de suite commencé avec la partie créative sans lire ni écrire de numéros.

C'est finalement le dernier groupe qui a affiché les résultats les plus faibles. Le premier groupe, qui avait dû s'ennuyer un peu en lisant l'annuaire, a montré les meilleur performances.

Ces faits ont une explication neurophysiologique. C'est dans les moments de désœuvrement que les neurones sont capables de produire des pensées les plus profondes et les plus créatrices. Néanmoins, on ne peut pas non plus rien faire tout le temps. Une indolence prolongée peut se solder par la dépression, alors qu'une période courte de passivité pourrait profiter à tout le monde, assure Maria Kern. Il n'est pas obligatoire de somnoler à la maison ou lors d'une conférence ennuyeuse au bureau. On peut apprendre à s'ennuyer de manière correcte, à entraîner sa paresse tout comme ses muscles. On peut par exemple écouter de la musique, regarder des photos ou tout simplement plonger dans ses rêves — activités qui pourront se révéler ensuite très productives…

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

La France paresseuse?
Le travail en Chine, cause de mortalité
Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Des policiers déjouent in extremis une embuscade qui leur a été tendue à Grenoble
Tags:
cerveau, paresse, physiologie, travail, Deutsche Welle, Alexander Markowetz, Archimède, Descartes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook