Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine

    Calendrier chargé pour Poutine en 2016

    © Sputnik . Aleksey Nikolskyi
    Lu dans la presse
    URL courte
    9422

    Même si le contexte international peut à tout moment chambouler l'agenda présidentiel, on sait déjà qu'il sera bien rempli en 2016.

    Ses divergences avec l'Occident sur le dossier ukrainien, qui perdurent depuis près de deux ans, ont dispensé Vladimir Poutine d'assister aux sommets du G8 et UE-Russie. Les consultations annuelles entre la Russie et l'Allemagne ont également été interrompues et toute négociation avec la Turquie est gelée.

    Le leader russe participe tout de même habituellement aux sommets annuels du G20 et de l'APEC — c'est à lui qu'il revient de décider s'il veut se rendre dans tel ou tel pays à un moment donné.

    En 2016, la CEI fêtera ses 25 ans. Vladimir Poutine a souligné à plusieurs reprises que le développement d'une coopération étroite dans le cadre de la communauté restait une priorité de la politique étrangère russe. Selon le chef de l'État, la CEI a fait ses preuves et, dans le contexte économique actuel, "doit réfléchir à un ensemble de mesures visant à réduire la dépendance des économies nationales envers les marchés extérieurs, ainsi qu'à l'intensification des liens d'affaires au sein de la communauté".

    En ce qui concerne l'Organisation du Traité de sécurité collective, sa présidence est passée à l'Arménie en décembre 2015. Erevan a annoncé que le prochain sommet de l'OTSC se déroulerait en automne 2016, pour évoquer la sécurité internationale et régionale face aux défis de l'extrémisme et du terrorisme.

    Quant à l'Union économique eurasiatique (qui réunit la Russie, le Kazakhstan, l'Arménie et le Kirghizstan), sa présidence passera dès 1er janvier 2016 au Kazakhstan qui s'occupera de l'organisation de la prochaine rencontre des leaders de l'UEEA.

    Vladimir Poutine participe également aux rencontres du "Quartet Normandie" qui réunissent les leaders russe, français, allemand et ukrainien. Ce format avait été créé il y a 18 mois pour trouver une solution à la crise en Ukraine, et a notamment adopté les accords de Minsk en février 2015.

    Leur délai de mise en œuvre expire le 1er janvier 2016 mais — comme on le souligne régulièrement à Moscou —Kiev freine constamment ce processus. Les leaders des pays du Quartet Normandie pourraient donc être obligés de se rencontrer ou de se parler au téléphone dans un avenir proche.
    Outre les rencontres internationales, Vladimir Poutine devrait participer à de nombreuses négociations bilatérales en 2016. Ainsi, le leader russe échange traditionnellement des visites annuelles avec ses homologues chinois et iranien.

    D'après Iouri Ouchakov, assistant du président russe, "Vladimir Poutine est invité en permanence dans des pays différents". "Il invite lui-aussi tous les leaders à Moscou, mais cela ne signifie pas que les hôtes arriveront dès le lendemain", explique-t-il.
    Le Kremlin attend les visites de certains leaders étrangers en 2016. Ainsi, le Grand-duc de Luxembourg devrait se rendre en Russie pour une visite d'État. Iouri Ouchakov a également mentionné la visite éventuelle de Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, roi saoudien, début 2016.

    Lire aussi:

    Cessez-le-feu: Merkel, Hollande, Poutine et Porochenko persistent et signent
    Poutine dit ouvertement ce que l'Occident pense tout bas à propos de la Turquie
    Die Presse: "la brillante manœuvre de Poutine en Syrie"
    En 2015, Poutine est un "homme de fer" aux yeux de l'Occident
    Tags:
    Vladimir Poutine, Russie, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik