Ecoutez Radio Sputnik
    un essai d'une bombe à hydrogène, la Corée du Nord

    Faut-il vraiment s'inquiéter des essais nucléaires nord-coréens?

    © AFP 2019 Jung Yeon-Je
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Le test nord-coréen d'une bombe H (2016) (15)
    384
    S'abonner

    On a appris récemment que la Corée du Nord avait effectué un essai nucléaire mais rien n'indique qu'il s'agissait d'une bombe à hydrogène. On ne connaît pas non plus la nature des intentions du régime quant à la Corée du Sud et au reste du monde.

    A en juger par les caractéristiques de l'explosion, il ne s'agissait pas d'une bombe à hydrogène: l'activité sismique enregistrée après l'essai était comparable à celle des tests antérieurs. Selon l'ex-chef de l'état-major des Troupes balistiques stratégiques russes RVSN Viktor Essine, il s'agissait d'un "boost" — c'est-à-dire un renforcement de la charge nucléaire grâce à un mélange de deutérium et de tritium. Cette technique permet d'économiser les matières fissiles tout en créant davantage de charges nucléaires.

    Selon une autre version, la Corée du Nord aurait testé un initiateur — une bombe atomique composant la bombe à hydrogène, agissant comme un détonateur initiant une réaction thermonucléaire plus puissante. En d'autres termes, Pyongyang posséderait alors un élément important de la bombe à hydrogène, qui ne prouverait pas pour autant l'existence de celle-ci en Corée du Nord.

    Si l'existence de la bombe à hydrogène fait débat, certains doutent même du réel potentiel de Pyongyang en la matière. La présence d'une "bombe" implique en effet un haut niveau de miniaturisation d'un engin explosif lui permettant d'être installé dans un missile ou une bombe aérienne — or ce pays connaît pour l'instant de sérieux problèmes de développement des porteurs pour ces armes. Aucun test de missile opérationnel n'a été effectué à ce jour.

    S'agissait-il d'une tentative d'obtenir une aide humanitaire? Cette opinion très répandue est complètement fausse. En réalité, aucun essai nucléaire n'a encore conduit à l'augmentation du niveau d'aide humanitaire. Au contraire, chaque essai est en général suivi de nouvelles sanctions, qui interdisent par exemple aujourd'hui d'importer en Corée du Nord certaines sortes de mayonnaise ou des pianos.

    Même en supposant que l'objectif prioritaire de Kim Jong-un est la survie de son régime, une guerre agressive avec usage de l'arme nucléaire serait un véritable suicide politique: cela ne réglerait aucune tâche stratégique et la communauté internationale pourrait répondre comme elle l'entend à ce transgresseur du tabou nucléaire.

    En revanche, l'arme nucléaire hypothétique de Pyongyang fonctionne très bien en tant que force de dissuasion. Les plans opérationnels des États-Unis et de la Corée du Sud, qui élaborent divers scénarios pour renverser le régime nord-coréen — allant jusqu'à l'invasion — et les travaillent durant les manœuvres militaires, ne sont pas un secret pour la Corée du Nord. Mais la victoire doit être acquise à un prix acceptable et en l'occurrence, la bombe atomique des autorités nord-coréennes agit comme un seau d'eau froide pour les têtes brûlées. C'est aussi, en quelque sorte, une réponse asymétrique dans la mesure où Pyongyang n'a pratiquement aucun moyen de rattraper l'armée de Séoul en termes de technologies et d'armes conventionnelles.

    Dossier:
    Le test nord-coréen d'une bombe H (2016) (15)

    Lire aussi:

    "La menace US force la Corée du Nord à la course aux armements"
    La Corée du Nord se prépare à l'essai d'une bombe H?
    Corée du Nord: une main tendue vers le sud?
    Avec 5kg de plutonium, la Corée du Nord pourrait créer la bombe atomique
    Tags:
    tests nucléaires, bombe à hydrogène, nucléaire, Viktor Essine, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik