Ecoutez Radio Sputnik
    feu vert

    Iran-USA: le lent rétablissement

    © Flickr/ poeloq
    Lu dans la presse
    URL courte
    Regnum
    5131

    Ceux qui espéraient que la levée des sanctions contre l'Iran et les avancées diplomatiques accomplies en 2015 entraîneraient de sérieux changements dans les relations entre les États-Unis et l'Iran pourraient être déçus, rapporte lundi 18 janvier l'agence de presse Regnum.

    Le président iranien Hassan Rohani a de quoi se réjouir: les sanctions économiques contre son pays ont été levées après la signature d'un accord sur le programme nucléaire de la République islamique.

    Désormais, les autorités modérées du pays peuvent remplir leurs promesses de campagne: donner une impulsion à l'économie iranienne en difficulté et améliorer les relations avec le reste du monde.

    Selon le chef de l'État iranien, l'accord atteint en 2015 permettra d'ouvrir de "nouvelles portes pour coopérer avec le monde" en attirant des investissements dans le pays. Il débloquera aussi les actifs iraniens à l'étranger, qui permettront de relancer l'économie nationale en difficulté.

    Bien sûr, il faudra du temps pour que les Iraniens ordinaires commencent à ressentir les avantages de l'accord mais la victoire sur le front diplomatique peut déjà être considérée comme un actif important pour les forces modérées et les réformistes, notamment en prévision des législatives de février. Les experts supposent que Rohani cherchait précisément à accumuler un capital politique en prônant l'application au plus vite des conditions de l'accord.

    Néanmoins, il devra encore affronter les partisans d'une ligne plus intransigeante qui estiment que le président a trop cédé et a ouvert le pays à une influence extérieure délétère. Selon le guide spirituel iranien, l'ayatollah Khamenei, l'ouverture de l'Iran à d'autres pays entraînera l'affaiblissement des valeurs conservatrices dans la République islamique. Il a notamment déclaré dans un discours que "le changement de la culture et de la morale de la population, notamment en ce qui concerne le mode de vie, est l'un des principaux objectifs des ennemis de l'islam et de l'Iran".

    Hassan Rohani n'exprime pas, par contre, d'optimisme particulier concernant l'amélioration des relations entre les USA et l'Iran, qui n'ont toujours pas rétabli leurs liens diplomatiques. Le président iranien a déclaré le 17 janvier qu'il serait difficile pour les Iraniens de faire confiance aux USA, car le "peuple iranien a trop souvent constaté que les États-Unis ne tenaient pas leurs promesses", a rapporté l'agence de presse iranienne IRNA.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Mise en oeuvre de l'accord nucléaire: l'UE a levé les sanctions contre l'Iran
    L'Iran dévoile une nouvelle base souterraine de missiles
    "Face à l'Iran, l'Arabie Saoudite sera perdante malgré son argent et les USA"
    Iran: le président du Sénat français critique la politique américaine des visas
    Tags:
    Hassan Rohani, ayatollah Ali Khamenei, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik