Ecoutez Radio Sputnik
    membre de la police reçoit une canne

    Comment l'Arabie saoudite exécute les sorciers, les gays et les alcooliques

    © AFP 2017 Chaideer Mahyuddin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    1931123

    Les exécutions sont fréquentes en Arabie saoudite. Tout contact sexuel extraconjugal, l'athéisme, la conversion à une autre religion que l'islam, l'homosexualité, la sorcellerie ou encore les jeux de hasard sont passibles de mille coups de fouets, de dix ans de prison, voire de la peine capitale dans le royaume wahhabite.

    Le droit version saoudienne

    L'Arabie saoudite est une monarchie théocratique absolue où tout le système juridique repose sur des fondements religieux. La religion dominante est l'islam, la confession dominante le sunnisme, le courant religieux dominant le wahhabisme. C'est pourquoi en Arabie saoudite, comme dans l'État islamique contre lequel le royaume est officiellement en guerre, les lois de la charia sont de rigueur.

    Pas étonnant, donc, que la justice saoudienne soit très différente de son homologue occidentale: pour inculper ou disculper un individu il suffit souvent d'un simple serment; un avocat est souvent considéré comme un luxe inutile; on admet des exécutions de mineurs et de malades mentaux; on ne fait aucune différence (du moins formellement) entre les citoyens saoudiens et les étrangers en annonçant la sentence (en particulier, des Tchadiens et des Égyptiens ont été exécutés le 2 janvier).

    Conformément à la loi de la charia, un juge peut infliger trois types de peines: un hudud ou hadd pour des crimes portant atteinte à la morale et à l'ordre public tels que l'alcoolisme, les jeux de hasard, la diffamation ou la perversion; une qisas, qui calque la loi du Talion pour des homicides et des blessures graves; et un tazir pour trouble de l'ordre public comme l'homosexualité, l'adultère, le vol à l'étalage, la désobéissance aux autorités ou encore le non-respect du ramadan.

     protestant contre l'exécution de Nimr al-Nimr
    © REUTERS/ Thaier Al-Sudani
    protestant contre l'exécution de Nimr al-Nimr

    En général, le hadd implique des coups de fouet publics, la qisas permet de rembourser le préjudice avec de l'argent, alors que le tazir peut varier très largement — d'un avertissement verbal jusqu'à la décapitation suivie d'une crucifixion.

    Un fouet guérisseur

    Le châtiment par le fouet tombe le plus souvent dans le champ de vision des médias. Bien qu'il soit répandu pratiquement dans tout le monde musulman, l'Arabie saoudite se distingue par la fréquence et la violence de ce type de punition. Il n'existe aucune norme stricte: le juge de charia décide lui-même combien de coups de fouet mérite le coupable.

    Le triste record est ainsi détenu par l'Égyptien Mohamed Ali al-Saiyd, qui avait été condamné en 1990 à 4 000 coups de fouet. Riyad avait expliqué à la communauté internationale indignée qu'en réalité le condamné avait été "gracié": il était accusé de vol et aurait dû perdre un bras mais n'avait reçu "que" les coups de fouet.

    4 000 coups de fouet, est-ce peu ou beaucoup? C'est ce qu'a demandé le Philippin Donato Lama, condamné en 1999 pour profession publique du christianisme à 75 coups de fouet: "J'ai été amené jusqu'au lieu de fustigation et attaché à un poteau. Mes mains et mes pieds ont été menottés. Je portais un t-shirt et un pantalon de sport. Un fouet de 1,5 mètre, sa pointe est alourdie par un morceau de plomb. Plusieurs coups ont été portés sur mes hanches et mon dos. Je serait tombé quand le fouet avait touché mes jambes, mais le gardien me tenait et l'exécution a continué. Incroyable: j'avais subi 70 coups mais j'étais encore en vie. Le sang coulait sur mon dos et je criais".

    La décapitation est une autre forme de châtiment public usitée en Arabie saoudite, organisée sous les yeux de la foule. En général, après l'exécution, le corps du criminel est présenté au public à titre exemplaire — le plus souvent crucifié.

    La lutte contre l'alcoolisme

    Le crime le plus répandu pour lequel la justice saoudienne punit les étrangers est la violation de l'interdiction de l'alcool par la charia. L'an dernier, les policiers du royaume ont notamment arrêté dans la ville de Jiddah le Britannique Karl Andree, 73 ans, avec une bouteille de vin artisanal. Souffrant d'asthme et d'un cancer, il a passé plus d'un an en prison en attendant sa peine — 350 coups de fouets. C'est seulement quand le gouvernement britannique, sous la pression des proches d'Andree et du leader du parti travailliste Jeremy Corbyn, a rompu le contrat avec Riyad pour la formation du personnel des prisons et a menacé d'une dégradation des relations que les Saoudiens ont fait marche-arrière et ont relâché le condamné.Il a eu bien plus de chance que son compatriote John Kelly: en 1985, ce dernier avait été condamné à deux ans et demi d'emprisonnement et à 250 coups de fouet — 50 coups à des intervalles de deux mois pour la réhabilitation, ainsi qu'à une amende de 17 000 livres. L'indignation du gouvernement britannique fut si forte que dans les années qui ont suivi, Riyad avait préféré fermer les yeux sur la fabrication artisanale d'alcool par de nombreux expatriés britanniques. En cas d'incidents, les contrevenants étaient simplement expulsés comme Peter et Ann Goldsmith, inculpés pour fabrication de vin artisanal et importation de whiskey dans le pays.

    Un camp de Daech
    © AP Photo/ AP Photo via militant website, File
    Mais tout le monde n'a pas les "privilèges" du Royaume-Uni — allié saoudiens depuis la formation du royaume wahhabite. En septembre 1999, deux tablettes de chocolats contenant de la liqueur ont été découvertes dans le bagage du Philippin Faustino Salazar. L'accusé a tenté de se défendre en disant qu'il avait acheté ce chocolat dans un magasin Duty free à l'aéroport de Bahreïn mais il a été condamné à 75 coups de fouet et quatre mois de prison.

    Une seule religion

    Les crimes religieux, eux, sont bien plus gravement pris en compte. Le pire étant l'apostasie, qui regroupe aussi bien la reconversion au profit d'une autre religion que l'athéisme. Le poète palestinien Ashraf Fayad est actuellement en prison en attendant son exécution: selon les juges de la charia, il faisait la promotion de l'athéisme dans un de ses livres.

    Plus de 7% de la population d'Arabie saoudite n'est pas musulmane. Dans cette catégorie, on retrouve majoritairement des travailleurs étrangers catholiques des Philippines, mais également des représentants d'autres confessions comme des protestants d'Europe ou encore des orthodoxes d'Égypte, d'Éthiopie et d'Érythrée. La profession publique de la chrétienté est interdite dans le royaume et on ne peut pas non plus conserver des objets religieux non musulmans tels que la Bible, un crucifix et des icônes. Les chrétiens et les fidèles d'autres religions peuvent prier seulement à la maison. Une police religieuse spéciale — la garde de la charia — veille au respect de la loi.

    Le sexe et la prison

    La prévention de la perversion et de l'adultère est un autre champ d'activité important des tribunaux de la charia. Sachant que ces notions sont interprétées très largement.

    En octobre 2009, Mazen Abdul-Javad, employé de la compagnie aérienne Saudia, a commis l'imprudence de parler à la télévision libanaise de sa vie sexuelle et de ses connaissances avec des jeunes femmes. Résultat: cinq ans de prison et mille coups de fouet l'attendaient à son retour.

    Un "paradis pour les gays"

    L'homosexualité est également sévèrement sanctionnée en Arabie saoudite. Cependant, les juges prononcent souvent des peines relativement indulgentes en comparaison avec les condamnations pour d'autres chefs d'accusation. Ainsi, un habitant du royaume dont le nom n'est pas dévoilé a été condamné à trois ans de prison et à 450 coups de fouet, accusé de fixer des rendez-vous à d'autres hommes en se servant d'un microblog sur Twitter et condamné pour "incitation au vice et à l'homosexualité".

    Cette attitude est probablement liée au fait que l'homosexualité est largement répandue en Arabie saoudite. Au final, pour un pays si conservateur, on accorde bien plus d'attention à la lutte contre le sexe extraconjugal et aux relations homme-femme qu'à la punition des relations homosexuelles. Il existe d'ailleurs un pacte tacite entre les homosexuels et les autorités saoudiennes: la communauté LGBT témoigne d'une attitude respectueuse envers les normes du wahhabisme, en échange les autorités ferment les yeux sur la "vie privée" de ces sujets.

    La guerre contre les sorciers

    Si les autorités saoudiennes ferment les yeux sur l'homosexualité, elles combattent résolument et sans appel la sorcellerie. En général, la sentence est toujours la même: une décapitation suivie d'une crucifixion pour l'exemple.

    En règle générale, ce sont les voisins ou l'entourage vigilant qui rapportent aux autorités qu'un citoyen pratique la magie interdite. Une ligne téléphonique spéciale a été mise en place à cet effet: tout le monde peut rapporter un crime magique au service de répression de la sorcellerie. Des mesures de sécurité supplémentaires sont prises lors des interpellations car on imagine que certains sorciers concluent des pactes avec des djinns pour pouvoir voler.En 2007, les autorités de Riyad ont décapité le pharmacien égyptien Mustafa Ibrahim accusé de "pratiquer la magie et la sorcellerie, l'adultère et de profaner le Coran". Ses voisins l'ont dénoncé en disant qu'il "conservait le Coran dans sa toilette". L'enquête a révélé qu'à l'aide de la magie noire Ibrahim avait détruit la relation d'un couple, et la police a découvert dans son appartement un livre sur la magie noire, des bougies avec des inscriptions mystérieuses (manifestement pour appeler les démons) et des herbes à odeur étrange. Cela a suffi pour envoyer le pharmacien à l'échafaud.

    La lutte contre la sorcellerie ne s'arrête pas aux frontières du royaume. Le prédicateur libanais Ali Hussein Sibat a été décapité en 2010: dans une émission de télévision il prédisait l'avenir et donnait des conseils aux téléspectateurs. Les services saoudiens l'ont surveillé pendant des années et l'ont arrêté quand il a commis l'imprudence d'effectuer un hajj (pèlerinage) en Arabie saoudite.

    Le plus souvent, les victimes de la lutte vigilante contre la magie sont des travailleurs étrangers dont le statut est notoirement inférieur aux Saoudiens et qui ne peuvent pas se défendre. Ainsi, en mai 2013, deux femmes de ménage d'Asie du Sud-Est ont été condamnées à mille coups de fouet et à dix ans de prison pour un préjudice magique infligé à leurs propriétaires. Compte tenu de la sentence habituelle pour sorcellerie, on peut dire que les femmes ont eu de la chance.

    Cette spécificité saoudienne soulève des protestations légitimes en Occident. Les citoyens d'Europe et d'autres pays civilisés se demandent souvent pourquoi, en faisant référence aux notions morales, Washington et Londres qualifient Téhéran d'"axe du mal" pour les pratiques massives de peine de mort, tout en fermant les yeux sur les verdicts bien plus sévères des tribunaux de la charia du royaume wahhabite?

    Lire aussi:

    Riyad ne fera pas oublier les exécutions en rompant avec Téhéran
    L'Arabie saoudite annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran
    La police de Bahreïn ouvre le feu sur des manifestants chiites
    Paris "déplore profondément" les exécutions en Arabie saoudite
    Tags:
    droits de l’homme, exécution, Etat islamique, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik