Lu dans la presse
URL courte
Par
1192
S'abonner

Le physicien tchèque Lubos Motl a relevé de nombreuses incohérences dans la nouvelle théorie sur le comportement de l'information dans les trous noirs exposée récemment par Stephen Hawking et ses collègues.

Ces éléments la rendent "inconsistante" selon le chercheur tchèque.

Lubos Motl trouve que l'idée soumise récemment par Stephen Hawking sur la présence de "cheveux" dans les trous noirs est intéressante du point de vue théorique mais n'est pas digne de confiance en raison de l'incompatibilité des deux théories clés sur lesquelles reposent ces calculs.

"Pour faire simple, je ne pense pas que leur approche soit viable pour décrire ce qui se produit avec l'information dans les trous noirs. Des décennies de recherches ont montré que le comportement de l'information dans les trous noirs ne pouvait pas être décrit dans le langage de la théorie quantique locale du champ, cependant Hawking et ses collègues annoncent justement que c'est possible", résume Lubos Motl.

Selon lui, accepter un tel postulat transforme les calculs de Hawking et de ses collègues en question rhétorique — ils montrent immédiatement qu'une partie de l'information absorbée par le trou noir se perd irrémédiablement, ce qui ne doit pas se produire conformément aux notions actuelles de la théorie quantique de la gravitation.

La théorie quantique locale des champs ne suffit donc manifestement pas pour décrire les processus qui se produisent à l'intérieur d'un tour noir et à la frontière intérieure de l'horizon des événements. Selon Motl, la matière et la gravitation se comportent de manière non locale dans un trou noir, enfreignant le principe de causalité. "Tout cela appelle la formulation et l'utilisation d'autres théories physiques que celles utilisés par Hawking et les coauteurs de son article", pense le physicien tchèque.

De plus, d'après Motl, les calculs de Hawking ne prennent pas en compte le comportement de l'espace-temps à l'intérieur d'un trou noir dans l'ensemble ainsi qu'aux abords de l'horizon des événements, d'où le second postulat erroné des auteurs — le fait que le calcul des micro-états d'un trou noir est impossible en principe. "L'article contient donc de nombreuses contradictions qui restent pour l'instant impossibles à résoudre", estime le théoricien tchèque.

Lire aussi:

Les physiciens estiment possible la capture de l’information d’un trou noir
Stephen Hawking révèle le mystère le plus insoluble au monde
La Terre attend un Christophe Colomb de l'espace ...
Hawking : les trous noirs sont des passages vers des univers parallèles
Tags:
espace, science, Stephen Hawking
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook