Lu dans la presse
URL courte
Par
2152
S'abonner

Le réformateur Nguyen Tan Dung, actuellement premier ministre du Vietnam, devrait voir son poste lui échapper au profit des communistes conservateurs après le XIIe congrès du parti communiste vietnamien qui se déroule actuellement à Hanoi.

Le premier ministre, comparé parfois au premier président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev pour sa volonté de mener de profondes réformes, quittera bientôt la tête du gouvernement.

La structure dirigeante du PC vietnamien est très similaire à celle du Comité central de l'Union soviétique en son temps: les délégués du congrès doivent élire un comité central, qui désigne ensuite le bureau politique et le secrétaire général. En ce qui concerne les postes hors parti (celui de premier ministre et de président), le congrès avance seulement des recommandations — qui sont toutefois suivies à chaque fois par les législateurs. Le secrétaire général est le plus haut dirigeant du pays, suivi par le premier ministre.

Nguyen Tan Dung, 66 ans, en est à son deuxième mandat de premier ministre. Au cours de cette période il a acquis la réputation d'un réformateur-marchand et d'un partisan du rapprochement avec les USA — une sorte de "Gorbatchev vietnamien" qui a enregistré, contrairement à ce dernier, de véritables succès économiques. L'an dernier, le pays affichait l'une des plus fortes croissances de toute l'Asie à 6,7%. L'économie nationale vietnamienne peut également se vanter d'investissements records.

Mais on ne peut pas dire pour autant que la situation économique soit parfaite. La crise dans le secteur bancaire et l'inefficacité des entreprises publiques ont valu au premier ministre de nombreuses critiques. Malgré tout, Nguyen Tan Dung est très populaire dans le pays et c'est probablement ce qui l'a poussé à entrer en course pour le poste suprême.

Il a donc avancé sa candidature au nouveau Comité central du PC dimanche, ce qui signifiait clairement qu'il était prêt à défier l'unique candidat au poste de secrétaire général, Nguyen Phu Trong, chef actuel du PC vietnamien. La discussion entre les délégués du congrès a duré toute la nuit à huis clos et c'est seulement lundi soir qu'a été dévoilée la liste des candidats retenus pour devenir membres du Comité central. Nguyen Tan Dung n'en faisait pas partie.

Il a donc quitté de facto la course au pouvoir car pour prétendre aux plus hauts postes, il faut au moins faire partie du Comité central du PC vietnamien. L'agence de presse Reuters, se référant à des sources anonymes, écrit qu'hormis Nguyen Tan Dung le président vietnamien Truong Tan Sang a également quitté ses fonctions pendant le congrès.

Le signal envoyé par le congrès est clair: le sommet du parti a décidé de soutenir, comme disent les bureaucrates locaux, une "administration équilibré" par le parti et l'État où il n'y a pas de place pour des individus sans charisme comme Nguyen Tan Dung, qui peuvent brusquement changer le cap du pays.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Renaud sort une chanson surprise où il défend le Pr Raoult - vidéo
«Lâches», «sans-c***lles»: Brigitte Bardot s’en prend au gouvernement et se dit «écœurée» par l’état de la France
Tags:
Parti communiste vietnamien (PCV), Parti communiste chinois (PCC), Nguyen Phu Trong, Mikhaïl Gorbatchev, Nguyen Tan Dung, Asie, Vietnam
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook