Ecoutez Radio Sputnik
    Manuel Valls et Charles Michel

    Bruxelles et Paris colmatent les brèches antiterroristes

    © AFP 2019 EMMANUEL DUNAND
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Menace terroriste en Europe (341)
    331

    Hier à Bruxelles, le premier ministre belge Charles Michel a évoqué avec son homologue français Manuel Valls l'élargissement de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre le terrorisme.

    Par cet entretien, les autorités belges comptaient redorer leur image et rassurer Paris, qui a tenu de nombreux propos peu flatteurs à l'égard des Belges après les attentats djihadistes de novembre dans la capitale française. Les deux hommes politiques ont également abordé la situation dans les villes de Calais et de Dunkerque, où des milliers de migrants ont trouvé refuge.

    La réunion entre les deux chefs de gouvernement s'est déroulée hier à Bruxelles avec la participation des ministres de la Justice et de l'Intérieur. Ils ont évoqué essentiellement les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui ont révélé d'importantes brèches dans la sécurité européenne et l'existence d'un nid extrémiste dans la commune de Molenbeek.

    Paris a critiqué vigoureusement le travail de la police et des services de renseignements belges, qui "n'ont pas réussi à empêcher l'attentat le plus sanglant dans l'histoire de la France". Bruxelles a mal pris ces accusations et Charles Michel a reproché aux Français de "saper l'image de la Belgique en parlant d'elle comme d'un pays où règne le chaos". Le président français François Hollande a lui aussi blâmé ses voisins en résumant: "Les attentats ont été planifiés en Syrie, organisés en Belgique et perpétrés en France".

    Face à ces critiques, le premier ministre belge a convoqué hier un mini-sommet. Il a rappelé qu'il y a un an, après l'attaque contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo, les services de renseignement belges avaient montré l'exemple à toute l'Europe en empêchant les attentats préparés par une cellule extrémiste à Verviers. "Quelques mois plus tard, nous ne sommes pas devenus impuissants ou incompétents", a déclaré Michel sur Europe 1.

    Paris et Bruxelles ont analysé les opportunités d'élargir la lutte conjointe contre la menace terroriste, notamment grâce à un échange plus actif d'informations. Cet échange souffre aujourd'hui de problèmes bureaucratiques qui ont provoqué un incident très fâcheux: après que le terroriste Salah Abdeslam a fui Paris après les attentats, il a été contrôlé par des policiers français sans éveiller de soupçons, alors que leurs collègues belges auraient pu fournir son signalement.

    Paris a également eu droit à des critiques belges: Bruxelles affirme que les camps de Calais et Dunkerque, où vivent des migrants voulant entrer au Royaume-Uni, débordent aujourd'hui vers le port belge de Zeebruges. Le gouvernement belge a récemment pris les premières mesures pour empêcher le passage des camps français par la frontière.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Menace terroriste en Europe (341)

    Lire aussi:

    Le réveillon du Nouvel an à Bruxelles: six personnes arrêtées
    Bruxelles annule ses festivités du réveillon de la Saint-Sylvestre
    La police de Bruxelles forcée de se protéger
    Attentats à Paris (novembre 2015)
    Tags:
    crise migratoire, lutte antiterroriste, attentat, Charles Michel, Manuel Valls, Calais, Belgique, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik