Ecoutez Radio Sputnik
    Euro

    Zone euro: les prévisions de croissance déjà à la baisse

    © Flickr/ Dennis Skley
    Lu dans la presse
    URL courte
    RBC
    8167

    Même si le pétrole bon marché, les taux d'intérêt bas et l'euro faible stimulent l'économie, l'impact du ralentissement de la Chine et du commerce international est trop important: la Commission européenne a déjà revu à la baisse ses prévisions de croissance économique pour la zone euro en 2016.

    En novembre 2015 elle tablait sur une croissance de 1,8% en 2016: elle ne sera plus que de 1,7% selon les dernières prévisions. C'est toutefois plus que l'estimation de croissance actualisée en 2015, qui était de 1,6%.

    Cette révision est due au ralentissement de la Chine et d'autres économies émergentes, qui se reflète négativement sur le commerce international. L'an dernier, Pékin annonçait sa croissance la plus faible depuis 2009.

    Le ralentissement global pourrait être compensé dans la zone euro grâce à la combinaison d'un pétrole bon marché, de taux d'intérêt bas et l'affaiblissement de l'euro par rapport au dollar. Le rapport indique que ces facteurs "exerceront probablement une influence plus significative et plus longue que prévu". Cependant, l'accélération de la croissance de la zone euro nécessitera le rétablissement de l'activité économique commerciale; dans ce cas l'UE en ressentirait son effet plus tard, en 2016 et en 2017. L'an prochain, les experts prédisent une croissance de 1,9% pour la zone euro.

    Mais l'activité économique, déjà ralentie, pourrait être remise en question par plusieurs phénomènes. Par exemple en cas de rétablissement du contrôle des frontières intérieures de l'UE à cause de la crise migratoire. "La suspension de l'accord de Schengen et l'adoption d'autres mesures menaçant les succès du marché intérieur pourraient potentiellement avoir une influence négative sur la croissance économique", indique le rapport.

    Sur les marchés pétroliers, l'offre continue de dépasser largement la demande: les cours resteront donc à un "niveau bien plus bas" en 2016 et leur "remontée sera reportée à une période plus tardive" que ne le prévoyaient les estimations d'automne. Selon la Commission européenne, le prix du baril de Brent en 2016 sera de 35,8 dollars en moyenne, ce qui est inférieur d'un tiers aux prévisions de novembre. Le pronostic pour 2017 a également été abaissé de 58,8 à 42,5 dollars.

    L'an dernier, plusieurs pays de l'UE (Grèce, Espagne, Lituanie, Slovaquie, Finlande, Chypre) ont été confrontés à une déflation. En 2016, seules la Lituanie et la Slovénie seraient concernées selon les auteurs du rapport.

    La Grèce reprend des forces. Après avoir prédit une réduction du PIB grec de 1,4% en 2015 et de 1,3% en 2016, la Commission européenne affirme désormais que l'an dernier, l'indice national n'avait pas chuté (ni augmenté) et que la réduction attendue pour cette année était de seulement 0,7%. Les prévisions concernant le chômage et le niveau de la dette se sont améliorées également.

    Alors que les pays comme l'Espagne, l'Italie, le Portugal et la France afficheront au contraire des résultats moins bons — notamment en ce qui concerne les engagements de réduire le déficit budgétaire en-dessous de 3% du PIB, qu'ils n'ont pas tenus. En 2017, les experts prédisent à la France un déficit de 3,2%.

    Lire aussi:

    Après le passage à l'euro les Allemands gardent toujours 13 milliards de marks
    L'entrée du yuan dans les DTS affaiblira l'euro et le dollar
    Le parlement finlandais examinera une pétition sur la sortie de l'euro
    Bruxelles prédit à la zone euro une reprise lente et modérée
    Tags:
    crise, économie, zone euro, euro, Chine, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik