Lu dans la presse
URL courte
Par
L'état d'urgence en France (61)
22022
S'abonner

L'état d'urgence devrait être prolongé de trois mois par le Sénat français ce mardi 9 février.

Le premier ministre Manuel Valls pense qu'il sera maintenu en France "jusqu'à la victoire définitive contre Daech", c'est-à-dire pour une durée indéterminée. La plupart des Français sont satisfaits du quotidien dans les nouvelles conditions — qui n'a pas foncièrement changé depuis l'instauration de l'état d'urgence. A gauche, par contre, des voix s'élèvent contre les autorités: en limitant l'activité des islamistes elles restreignent aussi celle de certains activistes "verts" les plus radicaux.

L'état d'urgence décrété par le président français François Hollande dans la nuit du 13 novembre 2015 offre au gouvernement la possibilité d'interdire les manifestations. Les mesures d'interdiction ont marqué un pic début décembre: les autorités avaient interdit aux écologistes d'organiser des manifestations pendant la Conférence mondiale sur le climat à Paris (COP21).

Bien que l'état d'urgence soit de moins en moins prégnant dans la capitale, certains habitants prônent instamment sa levée. Ainsi, la requête du syndicat d'étudiants Unef stipule que l'état d'urgence porte atteinte aux libertés universitaires: "Un service d'ordre a été posté à l'entrée de l'université, l'administration ne donne pas les clés des salles pour organiser des réunions syndicales. Des dizaines d'étudiants sans papiers ont reçu des lettres leur sommant de quitter la France".

Plus globalement, certains militants de gauche estiment que l'état d'urgence est inefficace: il n'aidera pas à prévenir un attentat suicide mais pourra parfaitement violer les libertés civiles.

Ils soulignent également que les forces de l'ordre surveillent avec beaucoup d'attention les musulmans et que l'état d'urgence a une composante islamophobe et raciste.

François Hollande et Manuel Valls, Paris, France, Feb. 3, 2016.
© REUTERS / Philippe Wojazer
La gauche, et pas seulement l'extrême-gauche, est aussi particulièrement irritée par la proposition parallèle de priver de citoyenneté les extrémistes qui bénéficient, hormis de leur passeport français, du passeport d'un autre pays. On compte en France près de 4 millions de détenteurs de la double nationalité — la plupart d'entre eux sont des musulmans. Sur la vague de peur qui a déferlé après les attentats, le chef de l'État avait soutenu l'idée de priver de citoyenneté les terroristes. Il avait ensuite émis des doutes, puis finalement proposé d'adopter un amendement à la Constitution à ce sujet.

La ministre de la Justice Christiane Taubira a claqué la porte à cause de cette décision et, immédiatement après sa démission, a publié un pamphlet de 100 pages condamnant fermement la position du président.

L'état d'urgence pourrait finalement rester en vigueur jusqu'à la fin du mandat de François Hollande qui expire en 2017, dans la mesure où aucune force politique influente ne prône sa levée.

Dossier:
L'état d'urgence en France (61)

Lire aussi:

La France, terreau des djihadistes ou comment Valls justifie l’état d’urgence
L’état d’urgence a de beaux jours devant lui
Le Conseil de l'Europe "préoccupé" par une prolongation de l'état d'urgence en France
Valls: l’état d’urgence reconduit "le temps nécessaire"
Tags:
lutte antiterroriste, état d'urgence, Etat islamique, Manuel Valls, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook