Lu dans la presse
URL courte
Par
52e Conférence de Munich sur la sécurité (2016) (23)
10272
S'abonner

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev est aujourd'hui à Munich pour le lancement de la Conférence annuelle sur la sécurité internationale.

Il est accompagné du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et d'une délégation de la Fédération de Russie.

Cette année, la conférence sur la sécurité durera trois jours: 30 chefs d'État et de gouvernement, ainsi que plus de 500 hommes d'affaires et politiciens haut placés sont attendus à l'hôtel Bayerischer Hof, à Munich, pour évoquer les crises actuelles en Syrie, en Ukraine et sur le continent européen avec l'arrivée massive de réfugiés.

La veille de l'événement, le vice-premier ministre russe Sergueï Prokhodko a présenté aux journalistes le programme du séjour de Dmitri Medvedev à Munich, en soulignant que la plupart des entretiens se tiendraient "à l'initiative des partenaires". Le premier ministre rencontrera ainsi les présidents finlandais et slovène, le premier ministre français Manuel Valls, le dirigeant bavarois Horst Seehofer et le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier. Bien que la conférence soit essentiellement consacrée aux questions politiques et à la sécurité, les entretiens bilatéraux du chef du gouvernement russe se concentreront sur la coopération commerciale et économique.

Dmitri Medvedev a également exprimé sa vision de la situation internationale dans une interview accordée à la revue allemande Handelsblatt avant cette rencontre au sommet: "Le dialogue est rompu. Les problèmes se multiplient et pourtant, des pays entiers ne se parlent pas. Je pense que nous ne sommes pas responsables de cette situation. Nous n'avons jamais renoncé au dialogue, nous étions prêts à échanger dans divers formats mais les contacts ont été sciemment rompus avec nous, aussi bien du côté de l'UE que de l'Otan. C'est pourquoi je conclus, en prévision de la conférence qui se tiendra à Munich, que notre monde empire et devient plus dangereux".

Dans ce même entretien, il a appelé les partenaires occidentaux de la Russie à "trouver le courage de reconnaître qu'il est temps de cesser les sanctions économiques, qui ne mènent à rien de bien ni pour l'Europe, ni pour la Fédération de Russie". Et d'ajouter: "Notre pays est prêt, mais nous attendons un premier pas de nos collègues de l'UE".

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé à Munich jeudi et a eu le temps, avant la conférence, de participer avec le secrétaire d'État américain John Kerry à la réunion du Groupe international de soutien à la Syrie, dont les participants ont convenu de se préparer dès la semaine prochaine à l'instauration d'un cessez-le-feu en Syrie. La réunion du Quartet Normandie avec la participation des ministres des Affaires étrangères de la Russie, de la France, de l'Allemagne et de l'Ukraine est également attendue en marge de la conférence de Munich.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
52e Conférence de Munich sur la sécurité (2016) (23)

Lire aussi:

"Ce sont les Etats-Unis qui sèment la pagaille" en Europe de l'Est
Actualité et enjeux géopolitiques: Medvedev fait le point
Éditorial interdit: le vaccin russe Sputnik V est un partenariat mondial de sauvetage
Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
Tags:
Sergueï Prikhodko, sécurité, conférence, Conférence de Munich 2016, Dmitri Medvedev, Sergueï Lavrov, Manuel Valls, Munich, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook