Ecoutez Radio Sputnik
    Soukhoï est l’un des principaux constructeurs d’avions militaires russes

    Salon aéronautique de Singapour: un bon test pour l'industrie militaire russe

    © Sputnik . Sergei Piatakov
    Lu dans la presse
    URL courte
    3230
    S'abonner

    Singapour accueille dès aujourd'hui son salon aéronautique international.

    Salon aéronautique international de Malte
    © REUTERS / Darrin Zammit Lupi
    Pour la production russe, concurrentielle et réputée, l'expérience promet d'être enrichissante: la forte dévaluation du rouble et le gain de notoriété enregistré ces 18 derniers mois forment une combinaison unique d'opportunités.

    Sur le marché des Sukhoi, les 400 chasseurs de la gamme Su-27/30 livrés en Asie du Sud-Est dans les années 1990-2010 ont donné un nouveau visage au marché de l'aviation de combat dans la région. Ils sont en première ligne dans l'armée de l'air de la Chine, de l'Inde, de l'Indonésie, de la Malaisie et du Vietnam. Sachant que si pour la Chine et le Vietnam, les Su-27 puis les Su-30 n'avaient pratiquement pas d'alternative, les autres pays avaient un choix bien plus large.

    Toutefois, à la fin des années 2000, les appareils russes ont commencé à perdre leur avantage tarifaire jusque là très notable. Le coût d'un Su-30MKI pour l'armée de l'air indienne, compte tenu de tous les accords annexes et des services, dépassait désormais 100 millions de dollars — ce qui était bien plus cher qu'un Boeing F/A-18E/F Super Hornet américain. Pour raviver l'intérêt pour le châssis russe, il fallait donc introduire une nouveauté: c'est alors que le Su-35 — une version profondément modernisée du chasseur, dotée d'équipements élaborés dans le cadre du projet de conception d'un avion de 5e génération — est arrivé sur le marché. Par ailleurs, la dévaluation du rouble a réduit le prix de cet appareil et des versions antérieures du Su, tandis que la démonstration pratique des performances opérationnelles des avions russes en Syrie a enrichi son palmarès.

    Des acheteurs se sont déjà manifestés pour le Su-35: la Chine en achètera 24, l'Indonésie 10 avec une éventuelle option d'achats supplémentaires, et on pourrait également assister à la poursuite de la "série indienne" avec les Su-30 — l'objectif officiel de former 52 escadrilles au sein de l'armée de l'air indienne reste en vigueur.

    L'agrandissement des parcs aériens nationaux est l'une des principales tendances aujourd'hui en Asie. Dans la liste des plus grandes armées de l'air, les pays de la région ont évincé du top-10 pratiquement tous les pays européens en seulement vingt ans — ne reste que la France, 7e avec 1 282 engins militaires pilotés. Les USA restent en tête avec un parc d'avions et d'hélicoptères militaires de 13 717 unités, suivis de la Russie (3 547) et de la Chine (2 942), puis les États asiatiques (avec l'Égypte et la France).

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La haute voltige des Preux russes à Bahreïn
    L'opération en Syrie fait rebondir l'intérêt pour le Su-35
    MAKS 2015: les exploits de la construction aéronautique russe
    Le nouveau chasseur T-50 au salon Aviadarts-2015
    Tags:
    chasseur, aéronautique, aviation, Su-27, Su-30, Sukhoi, Singapour, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik