Ecoutez Radio Sputnik
    Staffan de Mistura a rencontré le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem

    Syrie: zone d'exclusion aérienne ou opération terrestre?

    © REUTERS / SANA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    18441

    L'Envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, s'est rendu d'urgence à Damas dans l'espoir de réanimer le processus de Vienne.

    L'UE souhaite mettre un terme à la guerre en instaurant une zone d'exclusion aérienne en Syrie, tandis que la Turquie appelle l'Occident à déclencher une opération terrestre.

    Staffan de Mistura a rencontré le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem avant d'annoncer que Damas était d'accord pour relancer le processus de Vienne le 25 février à Genève, et ce sans condition préalable.

    Avant cette visite, le président syrien Bachar al-Assad avait vivement critiqué la Turquie et l'Arabie saoudite, qui sont pour lui "les porte-paroles de protecteurs étrangers" et "ne prennent pas de décisions autonomes concernant les opérations en Syrie". Al-Assad a également reconnu que la guerre dans son pays n'était "plus seulement une affaire intérieure", qu'elle était déjà "mondiale" et touchait les intérêts "de nombreux États".

    Selon le président syrien, la lutte contre le terrorisme et un accord de cessez-le-feu dans le pays permettraient de stopper la guerre. Mais le président n'associe pas le "cessez-le-feu" et la "cessation des opérations". "Le cessez-le-feu, s'il avait lieu, ne signifierait pas que toutes les parties cesseraient d'utiliser les armes… Le cessez-le-feu sous-entend avant tout que les terroristes cesseront d'accroître leur puissance", a-t-il déclaré, tirant ainsi un trait sur le projet de pacification proposé par la Russie et les USA la semaine dernière à Munich. La position d'al-Assad signifie en effet que les troupes gouvernementales n'arrêteront pas de combattre les rebelles qui exigent la démission du président.

    Dans une interview accordée au Stuttgarter Zeitung, la chancelière allemande Angela Merkel a soutenu l'appel à instaurer "une zone d'exclusion aérienne" dans certaines régions de la Syrie, où les réfugiés pourraient se sentir en sécurité. Une idée similaire avait été avancée plus tôt par la Turquie, qui suggérait de mettre en place une zone-tampon frontalière fermée aux opérations et aux vols de l'aviation de tout pays. Mais les USA et d'autres alliés de l'Otan restent sceptiques vis-à-vis de cette proposition, qui risque de provoquer une confrontation avec Assad et ses alliés — avant tout la Russie qui n'a pas l'intention de suspendre la campagne aérienne.

    La Turquie, de son côté, a opté pour l'exacerbation de la situation en Syrie par des bombardements d'artillerie contre les positions des Kurdes à la frontière et en y projetant un groupe de 100 mercenaires sans signes d'identification. De plus, Ankara a appelé ses partenaires occidentaux à une opération terrestre conjointe en Syrie, selon les propos d'un haut fonctionnaire turc à l'agence Reuters. Et d'ajouter: "La Turquie ne souhaite pas mener une campagne en solitaire, même si la guerre ne peut pas être stoppée sans intervention terrestre".

    L'UE, qui exigeait auparavant la démission d'al-Assad, a reconnu de facto le président. Bruxelles est parvenu à un accord avec Damas sur l'ouverture d'un bureau humanitaire dans la capitale syrienne qui débutera son activité dans les semaines à venir, a déclaré la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini. Jusque là, l'UE avait évité les contacts directs avec al-Assad, insistant sur son départ.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Situation en Syrie (2014)
    L'Onu confirme un massacre de civils à Deir el-Zor en Syrie
    Pourquoi la Turquie a soutenu les frappes de la coalition occidentale contre la Syrie
    Tags:
    Staffan de Mistura, Walid Mouallem, Bachar el-Assad, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik