Ecoutez Radio Sputnik
    La situation en Ukraine

    En Occident, tout le monde a un plan pour l'Ukraine

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    12224
    S'abonner

    Le pouvoir ukrainien a fait de l'intégration européenne l'une des priorités de sa politique même si, en Europe, on souligne souvent qu'il n'est pas question d'une adhésion du pays à l'UE.

    L'accord d'association politique et économique a bien été signé mais à cette étape, l'Ukraine n'est pas plus avancée que des pays comme l'Algérie, la Jordanie, le Liban et le Maroc. Toutefois, les dirigeants occidentaux ne sont pas pour autant avares en conseils à Kiev sur le règlement des problèmes intérieurs. En particulier, le 29 février, le député allemand Karl-Georg Wellmann a annoncé une sorte de "plan Marshall" pour l'Ukraine.

    Ce plan serait destiné à "relancer l'économie", ainsi qu'à "rétablir l'administration étatique et le système juridique" ukrainiens. S'il était adopté, Berlin voudrait "contrôler entièrement sa mise en œuvre".

    drapeau de l'UE et le drapeau de l'Ukraine
    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Kiev évoque la plupart des questions économiques nationales avec le Fonds monétaire international (FMI), qui a établi un programme de soutien financier à l'Ukraine en mars 2015, impliquant le versement de 17,5 milliards de dollars sur quatre ans. En 2015, Kiev a reçu 6,7 milliards de dollars mais les tranches suivantes ont été suspendues à cause du budget ukrainien pour 2016. Premièrement, le secrétaire au Trésor américain Jacob Lew a téléphoné au premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk pour exiger que le budget soit adopté avant la fin de l'année 2015 — ce qui a été fait in extremis, fin décembre, avec d'importantes coupes dans les dépenses pour l'éducation et la santé. Deuxièmement, le FMI a forcé Kiev à adopter des réformes fiscales impopulaires: les amendements au Code fiscal prévoient notamment une taxe de 15% sur les retraites dont le montant dépasse trois salaires minimaux (3 990 hryvnias, soit environ 140 euros). Le montant de la taxe pour les entreprises agricoles a été multiplié par 1,8, la taxe d'accise sur le carburant a augmenté de 13%. De plus, le FMI a exigé des autorités ukrainiennes d'augmenter les tarifs des services communaux: l'électricité en Ukraine coûte 25% plus cher depuis le 1er mars et d'ici deux ans, les tarifs ukrainiens continueront d'augmenter pour être multipliés par 3,5 d'ici mars 2017.

    L'Ukraine s'efforce de remplir les conditions du FMI mais sans obtenir les résultats escomptés. On s'attendait à ce qu'avant la fin de l'année 2015, Kiev reçoive deux tranches d'aide de 1,7 milliard de dollars chacune, mais le Fonds n'a toujours pas transféré cet argent. Or l'économie ukrainienne en dépend de manière critique.

    Les dirigeants américains participent davantage que les autres à la vie politique ukrainienne. Ainsi, lors d'un entretien téléphonique avec le président Porochenko samedi 19 février, le vice-président américain Joe Biden, considéré comme l'un des superviseurs de la politique en Ukraine, a approuvé l'intention de ce dernier de renvoyer le procureur général Viktor Chokine. En revanche, il n'avait pas convenu de la démission du premier ministre Iatseniouk impopulaire et le journal ukrainien Vesti évoque même une interdiction directe de Biden de dissoudre le gouvernement.

    Les intérêts des politiciens occidentaux ne se limitent pas à la politique et à l'économie de l'Ukraine. Le 11 juillet 2015, une fusillade a éclaté en Transcarpatie, région de l'ouest du pays, entre des hommes du Pravy sektor (ou "Secteur droit", organisation d'extrême-droite) et des policiers, faisant quatre morts. L'ambassadeur des USA en Ukraine, Jeffrey Payette, s'est rendu dans la région et a déclaré que la menace du Pravy sektor était "exagérée par les médias propagandistes russes".

    Les dirigeants américains avancent également des propositions pour changer l'ordre étatique de l'Ukraine. Joe Biden a annoncé début décembre que le pays devait être divisé en régions indépendantes avec leur propre gouvernement. "Il est important qu'il existe des États autonomes et indépendants qui règlent leurs propres problèmes, qui déterminent leur propre système d'enseignement et nomment un gouvernement dans le cadre d'une Constitution unie", avait-il déclaré.

    Lire aussi:

    L’Ukraine a le choix entre la peste et le choléra
    Saakachvili: Premier ministre de l’Ukraine? Pas assez pour moi!
    Timochenko accuse le président ukrainien de vouloir "trahir l'Ukraine"
    Ukraine: le changement, ce n’est pas maintenant
    Tags:
    intégration, Fonds monétaire international (FMI), Europe, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik