Lu dans la presse
URL courte
2113
S'abonner

Comment l'organisme féminin s'adapte-t-il aux vols interplanétaires? Alors que des cosmonautes russes doivent partir sur la Lune en 2030, six femmes ont été sélectionnées pour des expériences jusque-là menées principalement sur des hommes, écrit mercredi 9 mars le magazine National Geographic.

Elles passeront ainsi huit jours dans un espace clos pour étudier différents facteurs d'adaptation à ces conditions particulières, y compris sur le plan physiologique. Si les expériences liées à la préparation aux vols spatiaux étaient jusqu'à présent menées essentiellement sur les hommes, cette fois, sur la base de l'Institut des problèmes médico-biologiques de l'Académie des sciences de Russie, l'expérience Lune-2015 impliquera six jeunes femmes âgées de 22 à 34 ans — biologistes, médecins, chercheuses ou encore psychologues. Le chef de "bord" est Elena Loutchinskaïa, docteur en sciences biologiques, qui sera accompagnée de Polina Kouznetsova, Daria Komissarova, Anna Koussmaoul, Tatiana Chigoueva et Inna Nossikova.

Lors de la première étape de l'expérience, les participantes se sont entraînées à subir l'apesanteur dans la centrifugeuse à rayon réduit conçue par les spécialistes de l'institut. Le 28 octobre 2015 a commencé la seconde étape: la simulation du vol de l'équipage féminin vers la Lune, le survol de son orbite et le retour. Hormis le séjour dans un espace clos, les "cosmonautes" devront se résigner à l'absence de douche et de produits cosmétiques, ainsi que de produits alimentaires surgelés et lyophilisés. Une liaison sera établie avec la Terre et il est prévu de transmettre des messages vidéo.

Une trentaine d'expériences seront mises en place pendant ces huit jours pour mieux comprendre les mécanismes d'adaptation de l'organisme féminin aux conditions d'isolement dans un appareil hermétique lors des vols interplanétaires. D'après le communiqué de presse, on procédera à l'étude de l'immunité, du métabolisme et de la microbiologie, des particularités de respiration, ainsi qu'à un enregistrement des indicateurs psychophysiologiques et physiologiques.

Par ailleurs, la Russie et la NASA étudient actuellement l'influence des conditions martiennes sur la santé et l'aptitude au travail des astronautes.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Après 340 jours dans l'espace, l'équipage de l'ISS a atterri
ISS: un astronaute américain se déguise en gorille pour rigoler
Les cosmonautes russes de l'ISS Malentchenko et Volkov sortent dans l'espace. En direct
Le ping-pong: le jeu préféré à bord de l’ISS
Tags:
mission lunaire, femmes, espace, Institut des problèmes médico-biologiques de Moscou, Académie des sciences de Russie, NASA, Inna Nossikova, Tatiana Chigoueva, Anna Koussmaoul, Daria Komissarova, Polina Kouznetsova, Elena Loutchinskaïa, Lune, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook