Ecoutez Radio Sputnik
    BBC One - Sherlock

    Sherlock Holmes aurait adoré ces inventions

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    164625

    Des trésors d'imagination scientifique sont aujourd'hui déployés pour le bien des enquêtes judiciaires.Sélection.

    La voix et la personnalité

    Ces dernières décennies, les experts en traitement de signaux créent des systèmes automatisés mesurant les fréquences du discours une fois toutes les millisecondes. Les phonétistes plus traditionnels disloquent les enregistrements en sons isolés pour trouver des liens statistiques, mais prennent leur décision finale selon des critères subjectifs. C'est pourquoi les criminalistes mettent aujourd'hui l'accent sur ces systèmes automatisés, objectifs malgré toutes leurs imperfections.

    L'heure de la mort microbiotique

    La mort d'un homme est le début d'une nouvelle vie pour les milliards de microbes de son organisme. Libérés du contrôle strict du système immunitaire, ils se reproduisent en masse et attaquent les tissus du corps. Ils sont ensuite rejoints par des bactéries extérieures. Jessica Metcalf, généticienne de l'Université du Colorado à Boulder, tente de transformer ce processus morbide en outil précis, une sorte d'horloge microbiotique capable d'indiquer l'heure de la mort de manière plus détaillée que la température du corps, la rigidité des muscles ou les insectes.

    Les secrets des cheveux

    Aujourd'hui, les criminalistes utilisent de plus en plus souvent les cheveux: la kératine — la substance principale qui les constitue — contient toutes les amino-acides (21). Par hydrolyse on peut ainsi définir le sexe, l'âge, la masse corporelle et même les origines d'une personne.

    Les isotopes peuvent aussi offrir des informations importantes: comme le rapport entre l'hydrogène et l'oxygène dans l'eau portable dépend de la région, il influe sur la composition des cheveux formés lors du séjour à tel ou tel endroit.

    L'ADN d'une bactérie comme preuve

    Les criminalistes de l'Université de Chicago ont plusieurs fois simulé des "cambriolages" dans les maisons de leurs collègues. Ils ont ensuite effectué des relevés afin d'y trouver des échantillons d'ADN et isoler la séquence 16S rDNA, qui est unique chez pratiquement tous les types de bactéries. En éliminant les traces des habitants de la maison — des hommes et des animaux de compagnie — les scientifiques obtiennent l'ADN des bactéries des voleurs.

    Lire aussi:

    Quoi de neuf sur Pluton? La sonde New Horizons le dévoile
    La comète "Tchouri" a l’âge du Soleil
    Une poudre de safran super nutritive créée en Iran
    Le sol de Mars serait cultivable
    Tags:
    ADN, invention, enquête, science, Sherlock Holmes, Université de Colorado, Université de Chicago, Jessica Metcalf
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik