Ecoutez Radio Sputnik
    euro

    Larguer des billets de banque pour stimuler la croissance?

    © AFP 2018 Pedro Armestre
    Lu dans la presse
    URL courte
    Expert Online
    15131

    L'idée pourrait sembler folle mais certains experts et institutions financières la prennent très au sérieux: distribuer de l'argent à la population permettrait d'encourager la demande.Ce schéma est aussi connu sous le nom de "helicopter money drop" (ou "argent largué par hélicoptère").

    De nombreux économistes considèrent cette idée comme absurde mais Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), n'est manifestement pas du même avis. En évoquant la semaine dernière la politique monétaire et de crédit de la BCE, il a salué l'idée et dit "suivre attentivement" cette perspective.

    Cette déclaration inattendue, dans le contexte actuel difficile, pourrait témoigner d'une déception de la BCE par rapport aux moyens plus traditionnels d'encouragement de la croissance tels que la réduction du taux régulateur, l'assouplissement monétaire ou les taux d'intérêt négatifs.

    Euros
    © AFP 2018 Philippe Huguen
    Dans le cadre de ce programme, la BCE pourrait transférer une somme d'argent sur les comptes bancaires de tous les citoyens de la zone euro, c'est-à-dire renoncer aux mécanismes traditionnels de transfert via des outils financiers pour le faire de manière plus directe. Les Européens devraient ensuite le dépenser pour contribuer ainsi au développement de l'économie de leur pays.

    Ce schéma est très simple et repose sur deux principes pour réussir: le transfert direct d'argent et le fait qu'il soit immédiatement dépense — ce qui n'est pas garanti.

    Comme personne n'est en mesure d'ordonner aux citoyens comment et à quoi dépenser cet argent, leur attitude dépendra de facteurs subjectifs tels que l'éducation, les habitudes, la mentalité ou encore les particularités nationales.

    La distribution d'argent ne serait donc avantageuse que pour l'économie des pays dont les citoyens préfèrent dépenser au lieu d'économiser, par exemple en Italie. En ce qui concerne l'Allemagne ou les pays scandinaves, l'utilité du "helicopter money" est beaucoup moins flagrante.

    Euro
    © REUTERS / Toby Melville
    Pour ses détracteurs, le schéma présente également d'autres inconvénients: par exemple, compte tenu des taux d'intérêt très bas des banques européennes, de nombreux citoyens sont poussés à investir dans l'immobilier. Ainsi, les fonds du programme pourraient profiter au marché de l'immobilier déjà surchauffé des pays européens, au lieu de bénéficier à celui des marchandises et des services. Cela contribuerait à la croissance de la bulle immobilière, dont l'éclatement pourrait se solder par des répercussions similaires à celles de la crise des subprimes en Amérique il y a huit ans.

    Lire aussi:

    Finlande: pétition pour la sortie de la zone euro
    Hollande propose un "gouvernement de la zone euro"
    Zone euro: les Bulgares refroidis par l’exemple grec
    Grèce: accord à l’unanimité au sein de la zone euro
    Tags:
    euro, Banque centrale européenne (BCE), Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik