Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Crimée russe: l'idée fait son chemin dans le monde

    © Flickr/ Anton Bielousov
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)
    202330431

    La communauté internationale continue de faire comme si la Crimée n'avait jamais rejoint le territoire de la Russie mais peu à peu, l'idée fait quand même son chemin dans les consciences, écrit vendredi 18 mars le site de la chaîne RT. La chaîne russe a compilé les signes de ce changement progressif d'attitude.

    De nombreux représentants politiques ont approuvé la réunification de la Crimée avec la Russie: le maire de Nice Christian Estrosi, par exemple, qualifie ouvertement la Crimée de "russe", tout comme d'autres politiciens français.

    Le plus grand soutien a été exprimé par l'ex-président français Nicolas Sarkozy, qui compte revenir à la tête de l'État lors de la prochaine présidentielle. "La Crimée a choisi la Russie. On ne peut pas le lui reprocher", a-t-il notamment déclaré.

    De nombreux pays établissent également une coopération active avec la Crimée. Cette année, au cours de la visite d'une délégation russe dans la région en présence de l'ambassadeur de Russie en France Alexeï Orlov, un mémorandum d'amitié et de coopération a notamment été signé entre Nice et Yalta — villes jumelées depuis 1960.

    La Crimée est aussi visitée par les touristes en dépit des protestations de l'Ukraine. Ainsi, la société touristique australienne Gateway Travel, qui propose des voyages en Crimée, a refusé d'annuler son offre malgré les plaintes de la fédération locale des organisations ukrainiennes. "Le monde entier s'intéresse aujourd'hui à la Crimée", souligne la société.

    L'économie criméenne n'est pas non plus dépourvue d'opportunités pour les projets d'investissement.

    La publication de cartes où la Crimée est désignée comme une région de Russie est de plus en plus courante — en Pologne, en Italie, en République tchèque, ou encore en France où les éditions Larousse et Rocher ont publié des atlas incluant la Crimée à la Russie. Bien évidemment, cela ne passe pas inaperçu. Même si une chaîne bulgare qui avait diffusé une carte avec la Crimée en Russie a subi des attaques de l'Ukraine.

    Au sein de la Fédération internationale de football (FIFA), le vent tourne également: les t-shirts où la Russie était représentée sans la péninsule ont été retirés de la vente du magasin en ligne officiel.

    Selon les grandes compagnies internationales comme Coca-Cola et Adidas, qui ont publié des cartes avec la Crimée en Russie dans leurs campagnes publicitaires ou sur leurs magasins en ligne, la Crimée n'a plus rien à voir avec l'Ukraine.

    Même ceux qui ne devraient pas le faire à première vue reconnaissent le retour de la Crimée en Russie. Ainsi, le premier président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev, qui approuve rarement les décisions politiques des autorités russes actuelles, a déclaré que cette démarche avait "respecté la volonté du peuple".

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)

    Lire aussi:

    Un manuel cubain attribue la Crimée à la fois à la Russie et à l'Ukraine
    Blocage de la Crimée: l’Onu demande à l’Ukraine d’ouvrir une enquête
    Christian Estrosi visitera la Crimée au mépris des protestations de Kiev
    Le pont de la Crimée prévu pour 2019
    Tags:
    Internet, t-shirt, carte, référendum en Crimée (2014), Gateway Travel (Autriche), Editions du Rocher, Larousse, Adidas, Coca-Cola, FIFA, CIS-EMO, Mikhaïl Gorbatchev, Alexeï Orlov, Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi, Bulgarie, République tchèque, Italie, Pologne, Ukraine, France, Yalta, Nice, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik