Ecoutez Radio Sputnik
    Le Maroc. Image d'illustration

    Le Maroc, nid de terroristes?

    © AFP 2019 ABDELHAK SENNA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    8525
    S'abonner

    On connaît le Maroc pour son climat chaud, ses vues exotiques et sa situation stable - moins comme le pays où les djihadistes impliqués dans les plus importants attentats commis en Europe ces dix dernières années ont élu domicile. Ils sont surtout concentrés au nord du pays, dans les montagnes du Rif.

    Le Rif avait fait parler de lui pour la première fois après les attentats de 2004 à Madrid: il semblait à l'époque que pratiquement tous les organisateurs des attaques étaient liés à la ville de Tétouan, au cœur de cette région montagneuse. C'est du Rif qu'est originaire la famille de Salah Abdeslam, arrêté le mois dernier et soupçonné d'avoir organisé les attentats de Paris en novembre 2015, et de son frère Brahim — un kamikaze qui s'est fait exploser dans un café pendant les attaques de Paris. L'un des auteurs des attentats-suicide de l'aéroport de Bruxelles en mars 2016, Hajim Laachraoui, était également originaire de cette région du Maroc.

    Des islamistes radicaux
    © AP Photo / militant social media account via AP video
    Le Rif est une région de culture de la marijuana et de trafic de haschich. Elle abrite un grand nombre de contrebandiers, et la population se sent héritière de ceux qui ont participé à la confrontation contre pratiquement toutes les autorités imposées sur ce territoire. Même après leur immigration en Europe, les enfants originaires du Rif restent imprégnés de ce milieu. Pour certains, cela se traduit par une prédisposition aux sentiments radicaux.

    Les migrants du Maroc, de surcroît, n'ont pas tous eu la chance d'accéder à un avenir prospère quand ils ont foulé le sol européen. Les années 1960 ont été marquées par un élan migratoire vers le Vieux continent — c'est d'ailleurs à cette époque que la famille Abdeslam a déménagé en Belgique — mais il n'a pas donné une vie meilleure à tous ceux qui la cherchaient hors de leur pays. Le déclin économique qui a frappé la Belgique dans les années 1970 a sérieusement affecté la vie des migrants marocains, qui ont été nombreux à perdre leur emploi. Aujourd'hui, le taux de chômage parmi les Belges d'origine marocaine ou turque atteint 40% (pour une moyenne nationale de 8% en Belgique). Selon le Pew Research Center, les musulmans représentent 5,9% de la population belge et la plupart d'entre eux sont marocains (entre 400 000 et 500 000 personnes).

    Les forces de sécurité marocaines
    © AFP 2019 FADEL SENNA FADEL SENNA
    La revue souligne qu'il faut prendre cette information de manière nuancée et ne pas voir des djihadistes dans tous les ressortissants du Rif. Beaucoup d'entre eux rejettent la doctrine religieuse de Daech, qu'ils considèrent comme une profanation de la foi musulmane. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Maroc: arrestation d'un Belge "lié directement" aux auteurs des attentats de Paris
    Les terroristes détenus au Maroc allaient utiliser des armes biologiques
    Après la Syrie, Moscou se tourne vers la Tunisie et le Maroc
    Recrutement pour l’Etat islamique: neuf personnes arrêtées au Maroc
    Tags:
    djihadisme, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik