Lu dans la presse
URL courte
Par
238
S'abonner

Keiko Fujimori, 40 ans et fille de l'ancien président du pays aujourd'hui derrière les barreaux, a remporté le premier tour de l'élection présidentielle péruvienne.

Alberto Fujimori, descendant d'immigrants japonais, fut l'un des dirigeants les plus controversés de l'histoire du Pérou — il a dirigé le pays pendant deux mandats de 1990 à 2000. Le président péruvien avait réussi à accomplir ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'était parvenu à faire: vaincre les rebelles maoïstes de l'organisation Sentier lumineux, qui terrorisaient depuis quinze ans le Pérou. Il avait aussi réduit au minimum l'inflation dans le pays et stabilisé la monnaie nationale.

Mais les Péruviens considèrent que pour parvenir à ses fins, Fujimori a eu recours à des méthodes dictatoriales. En 1992, il a dispersé par la force le congrès républicain et sa Cour suprême, en disant qu'ils étaient composés de "charlatans et de fainéants" qui l'empêchaient de réaliser les réformes économiques et de combattre la criminalité. Il était aussi accusé d'accorder un pouvoir illimité au chef des services secrets nationaux Vladimiro Montesinos, connu pour son cynisme sans pareil, son avidité et ses penchants pour le sadisme.

La carrière politique d'Alberto Fujimori a été stoppée nette après qu'il a été accusé d'avoir volé 600 millions de dollars dans les caisses de l'État et soupçonné d'avoir causé la mort de 25 Péruviens, tués par des militaires. Il a alors fui au Japon où il a passé plusieurs années, avant de partir secrètement au Chili. Il sera finalement arrêté et extradé au Pérou. En 2009, pour tous les chefs d'inculpation, il sera condamné à 25 ans de prison sans droite de grâce.

Keiko Fujimori, sa fille, avait déjà présenté sa candidature à l'élection présidentielle en 2011 mais sans succès. Cette fois elle a réuni 40% des voix au premier tour et devra affronter, début juin au second tour, son rival Pedro Kuczynski, descendant d'immigrés allemands, économiste et ancien employé de la Banque mondiale, qui a remporté 24% au premier tour.

Cependant, de nombreux Péruviens craignent que Keiko Fujimori mène une politique de populisme latino-américain classique avec tous ses attributs: une personnalité charismatique, une main forte dans la lutte contre la criminalité, mais avec un mépris total pour l'élite politique, un irrespect des lois économiques et une complaisance envers la corruption. 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

L'Amérique latine séduite par les armes russes
L’eau privatisée au Pérou
Des tombes appartenant aux prédécesseurs des Incas découvertes au Pérou
Pérou: un hôtel garanti "sensations fortes"
Tags:
scandale, corruption, élection présidentielle, Vladimiro Montesinos, Alberto Fujimori, Keiko Fujimori, Pérou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook