Lu dans la presse
URL courte
Par
645
S'abonner

Le FBI américain vient de débloquer un nouvel iPhone appartenant à un criminel à l'aide d'un tiers et abandonne ses poursuites contre Apple.

Le deuxième conflit qui opposait le FBI à Apple s'est résolu de manière extrajudiciaire, à l'aide d'une partie tierce. Le premier avait été l'affaire du terroriste Syed Farook, qui avait commis avec sa femme une fusillade dans un centre d'aide aux handicapés (14 morts, 21 blessés). Les deux terroristes avaient été éliminés par les forces de l'ordre et le FBI avait mis la main sur le smartphone de Farook. Toutefois, le bureau n'avait pas pu accéder aux données qu'il contenait — malgré deux mois de tentatives — et Apple avait rejeté sa demande d'aide. Le FBI avait alors porté plainte contre le géant de l'informatique.

Fin mars, le bureau a finalement abandonné ses poursuites, affirmant être en possession d'un appareil capable de débloquer les iPhones. Plus tard, James Comey, le directeur du FBI, a dévoilé que le bureau avait payé des hackeurs 1,3 millions de dollars pour qu'ils lui fournissent ce dispositif. D'après les autorités, ce dernier permet d'accéder aux iPhones de cinquième génération ou plus anciens, mais il est incapable de déchiffrer les modèles plus récents.

A man walks up the stairs at the Apple Store in Grand Central Station February 25, 2016.
© AFP 2020 Timothy A. Clary
Quant au deuxième procès, c'est Apple qui l'a emporté. La Cour de New York a décidé fin février que l'entreprise n'était pas obligée d'aider contre son gré les autorités à débloquer ses propres appareils. Le FBI avait promis de faire appel. Ce qui ne sera manifestement pas le cas, bien que cette victoire ne soit qu'une consolation assez faible pour Apple. Aujourd'hui, l'entreprise tente de se renseigner auprès des services secrets pour apprendre comment les hackeurs ont réussi à accéder au smartphone du terroriste. Les autorités, elles, n'ont pour le moment aucune intention de divulguer ces informations.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Snowden: le FBI cherche à avoir accès à tous les iPhone
Et si le FBI avait accès à tous les iPhone? Les Américains diront non mardi
La police débloque l'iPhone de San Bernardino sans Apple
Le FBI et Apple poursuivent leur bras de fer judiciaire
Tags:
hackers, terrorisme, iPhone, FBI, Apple, Syed Farook
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook