Ecoutez Radio Sputnik
    Les Américains sont-ils voués à l'extinction?

    Les Américains sont-ils voués à l'extinction?

    © Flickr/ Ed Yourdon
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    24183
    S'abonner

    Les prévisions pessimistes de certains scientifiques sur l'extinction future de la population blanche des États-Unis provoquent des débats acharnés. Cette tendance est-elle inévitable ou erronée? Éléments de réponse.

    Les scientifiques sont depuis longtemps préoccupés par le sursaut de mortalité enregistré aux États-Unis, notamment au sein de la population blanche et âgée. Certains y voient une "pandémie de mortalité" et expliquent cet état de fait par l'accessibilité des médicaments à toutes les catégories des citoyens. Ils sont surtout inquiets de la large diffusion des antidépresseurs et autres analgésiques à base d'opium.

    Mais tout le monde n'est pas d'accord avec ce point de vue. Janet M. Currie et Hannes Schwandt ont réussi à rassurer leurs collègues préoccupés par la "pandémie de mortalité" en changeant radicalement leur approche de l'étude de l'espérance de vie.

    Le fait est que la plupart des travaux actuels sur la longévité se focalisent sur une seule catégorie d'âge: les Américains de 40 à 50 ans ou plus âgés. Cette approche exclut donc des groupes très importants tels que les enfants, les adolescents et les jeunes adultes: c'est justement ce qui a attiré l'attention de Janet M. Currie et Hannes Schwandt.

    Selon les résultats obtenus avec leur méthode, il faut donc s'attendre à une amélioration totale de l'espérance de vie dans les quartiers riches comme pauvres, ainsi qu'une diminution des inégalités dans ce domaine. D'après eux, la baisse rapide de la mortalité infantile s'explique par la démocratisation des programmes d'assurance maladie et de protection sociale, ainsi que par une amélioration générale de l'écologie, qui influe sur le développement du fœtus et la vie après la naissance.

    L'état grave de santé physique et psychologique des personnes âgées s'explique tout d'abord par les répercussions de la crise économique des années 1970 et de l'épidémie de SIDA dans les années 1980. Ces événements ont naturellement affecté les Américains, notamment les plus démunis, ce qui explique cette mortalité plus importante au sein de la population pauvre âgée de 40 à 60 ans.

    Dans le même temps, la baisse de la mortalité des jeunes résulte d'une amélioration de la santé de la population suite à l'augmentation de la qualité des services médicaux et d'assurance maladie, ainsi qu'à la hausse des revenus et du patrimoine de la population. Cette nouvelle vision permet d'aborder de manière plus optimiste sur le bien-être futur des Américains, jeunes ou âgés.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le régime qui faisait vivre les Templiers plus longtemps
    Les hommes qui épousent des femmes instruites vivent plus longtemps
    L’homme qui vivra 135 ans est déjà né
    Les Européens champions du monde de la consommation d'alcool et de tabac
    Tags:
    mortalité, médicaments, espérance de vie, santé, population, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik