Ecoutez Radio Sputnik
    BND logo

    Les services secrets allemands désinforment leur gouvernement

    © AFP 2019 JOHN MACDOUGALL
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    2172
    S'abonner

    Les renseignements allemands font beaucoup parler d'eux ces derniers temps: après de nombreux scandales d'espionnage, Gerhard Schindler, chef du service fédéral de renseignement (BND), a dû démissionner pour être remplacé mercredi par Bruno Kahl, jusque là directeur de département au ministère des Finances.

    Ce "nettoyage" au sommet du BND était attendu. En effet, depuis que Gerhard Schindler a accédé à la tête du BND en 2011, le service a été impliqué dans de nombreux scandales — notamment celui qui a révélé que les services secrets allemands avaient réalisé des milliers de missions d'espionnage pour la NSA américaine.

    L'ancien ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius et les communications de divers départements de l'Onu et de l'UE avaient notamment été espionnés par le service allemand pour le compte des USA. Le BND a également piraté des innovations de sociétés étrangères à la "demande" de la NSA et d'industriels allemands. Toutes ces activités ont fait l'objet d'enquêtes de comités parlementaires spéciaux — qui se sont révélé être une source de problèmes considérables pour le gouvernement Merkel.

    Une séance du comité parlementaire sur la NSA a notamment permis d'établir que Gerhard Schindler et son équipe avaient — prétendument à leur insu — maintenu pendant des années le gouvernement dans l'ignorance sur leur travail pour la NSA. Il est tout à fait possible que les services allemands désinforment toujours les autorités et l'opinion publique.

    Ainsi, à la mi-février 2016, Guido Müller, adjoint de Schindler et vice-président du BND, et Hans-Georg Maassen, chef de l'Office fédéral allemand pour la protection de la Constitution (BfV), ont évoqué des actions ciblées de la Russie visant à "déstabiliser l'Allemagne" lors d'une réunion secrète du groupe parlementaire pour le contrôle des services secrets.

    D'après le Deutsche Welle, le gouvernement aurait alors chargé le service de renseignement de vérifier "si la Russie utilisait de vieilles méthodes du KGB pour affaiblir les positions d'Angela Merkel". Les résultats de l'"étude" devraient être présentés en mai 2016 mais on doute que ce service créé par le général nazi Gehlen et toujours considéré comme une filiale de la NSA puisse mener une analyse objective.

    Le gouvernement et le parlement évoquent actuellement une réforme du BND qui prévoirait notamment une interdiction ferme d'espionner les alliés de l'Allemagne au sein de l'Otan et de l'UE. La plupart des 6.500 espions allemands devraient également déménager de la ville de Pullach, en Bavière, dans un nouveau siège dont la construction touche à sa fin à Berlin.

    Lire aussi:

    Le renseignement allemand signale une nouvelle stratégie de Daech
    Espionnage entre alliés: le renseignement allemand pris la main dans le sac
    Le renseignement allemand s'ouvre à la transparence
    Accord sur l'espionnage avec les USA: Merkel a menti
    Tags:
    services secrets, gouvernement, information secrète, Office fédéral allemand pour la protection de la Constitution (BfV), Service fédéral de renseignement extérieur allemand (BND), Hans-Georg Maassen, Guido Müller, Bruno Kahl, Gerhard Schindler, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik