Lu dans la presse
URL courte
Par
195
S'abonner

Des chercheurs de l'Université de Californie (Santa Cruz, USA) ont confirmé une hypothèse avancée il y a 150 ans par l'un des fils de Charles Darwin: les étoiles peuvent s'absorber entre elles.

Un groupe d'astronomes dirigé par Morgan McLeod vient de découvrir des preuves du "cannibalisme chez les étoiles". Les chercheurs ont analysé les données recueillies ces dix dernières années par le télescope Hubble pour conclure que la galaxie d'Andromède avait été témoin d'un événement très rare: une grande étoile jaune avait absorbé sa petite sœur rouge.

Selon les observations, avant la fusion la première étoile était environ 35 fois plus spacieuse et 4 fois plus massive que notre Soleil. L'étoile rouge était si petite que Hubble n'en a tiré l'image que d'une minuscule tache sombre. Une simulation numérique a pourtant permis aux chercheurs d'établir que l'objet absorbé était une naine rouge pesant de 10% à 60% de la masse du Soleil.

Cette découverte a confirmé l'hypothèse avancée en 1879 par Georges Darwin, astronome et mathématicien anglais, deuxième fils du célèbre naturaliste Charles Darwin, qui pensait que la force de gravitation d'une étoile pouvait non seulement attirer une étoile voisine, mais aussi la faire orbiter de plus en plus rapidement autour d'elle tout en la rapprochant.

Ainsi, la petite étoile perd sa stabilité à cause de sa masse peu importante jusqu'à se rapprocher dangereusement de sa grande sœur, qui l'absorbe assez vite — en 40 jours terrestres dans le cas mentionné. La fusion se solde par un éclair et la naissance d'une nouvelle étoile rouge, dont la luminosité dépasse largement celle des autres objets de la galaxie.

Lire aussi:

Des chercheurs américains ont découvert un système planétaire comparable au nôtre
Découverte d'un trio de planètes potentiellement habitables
Quand une supernova capable de stériliser la Terre explose
Stephen Hawking et un entrepreneur russe organisent un voyage vers Alpha du Centaure
Tags:
étoiles, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook