Lu dans la presse
URL courte
Par
4410
S'abonner

En visite officielle dans son pays, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a fait plusieurs déclarations insinuant qu'il pourrait se présenter à la prochaine élection sud-coréenne.

Conseil de sécurité de l'Onu, Ban Ki-moon
© AFP 2020 Fabrice Coffrini
Compte tenu du caractère du secrétaire général, qui arrondit toujours les angles, les médias et les experts sud-coréens ont conclu: Ban Ki-moon présentera sa candidature après son départ du poste de SG de l'Onu.

Rappelons que la prochaine élection présidentielle se tiendra en Corée du Sud fin 2017. Le mandat de SG de Ban Ki-moon arrive à terme à la fin de l'année, ce qui lui permet techniquement de se lancer immédiatement dans la course pour le siège présidentiel. D'après les derniers sondages, Ban Ki-moon reste en tête du classement des éventuels prétendants pour diriger la Corée du Sud. Il est à noter que conformément à la Constitution sud-coréenne le président est élu pour un mandat unique de cinq ans, par conséquent la présidente sortante Park Geun-hye ne peut pas se représenter.

Il ne reste plus, disent certains, qu'à décider quel parti Ban Ki-moon représentera. Aussi bien l'opposition que la coalition au pouvoir cherchent à l'attirer de leur côté. C'est notamment le cas du parti au pouvoir Saenuri, qui traverse une crise après la défaite aux législatives en avril dernier.

De son côté l'opposition rappelle que Ban Ki-moon était ministre des Affaires étrangère à l'époque de "son" président — Roh Moo-hyun, qui était un rival de la coalition au pouvoir. Toutefois, après les législatives l'opposition a repris ses esprits, et certains leaders de ce camp ne se réjouissent plus vraiment de l'éventuelle participation de Ban Ki-moon, tel que c'était le cas il y a seulement quelques mois.

En effet, tout n'est pas si simple. La popularité du secrétaire général actuel pourrait facilement "se dégonfler" quand il sera question d'une vraie campagne. Il en est parfaitement conscient et se laisse donc une marge de manœuvre. Il pourra alors toujours dire: "Je ne vous ai jamais dit directement que je me battrais pour la présidence, ce n'était que votre interprétation de mes propos".

De plus, une campagne négative a déjà commencé contre Ban Ki-moon. Un journal britannique l'a récemment qualifié de "pire secrétaire général de toute l'histoire de l'Onu". Plusieurs médias sud-coréens ont également rappelé la résolution de l'Onu datant de la fin des années 1940 interdisant au SG d'occuper un poste politique immédiatement après son départ. Mais beaucoup pensent tout de même que ban Ki-moon, connu pour sa capacité à s'entendre avec tout le monde et à ne pas entrer en conflit avec les autres, est celui qui pourrait rassembler la nation et réconcilier les forces politiques rivales en devenant un compromis acceptable pour tous. 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Les manœuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud
Pyongyang rompt ses relations économiques avec Séoul
Arrêtés en possession d’armes, deux agents de la DGSE mis en examen à Paris pour un projet de meurtre
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Tags:
élection présidentielle, ONU, Ban Ki-moon, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook