Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    Fuite de capitaux du Royaume-Uni après le Brexit

    © AFP 2019 John Macdougall
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    16206
    S'abonner

    Banques mondiales et autres organisations financières ont déjà commencé à transférer leurs opérations de Grande-Bretagne après l'annonce des résultats du référendum sur la sortie du pays de l'UE.

    Cette procédure pourrait prendre plus de temps que ne l'espèrent les organisations financières, nuance le Financial Times.

    Damian Carolan, collaborateur d'Allen & Overy, explique que la procédure d'obtention d'une licence bancaire demande "en général deux à trois mois" et que pour un établissement financier ce délai pouvait "être prolongé de plusieurs mois, pour une banque d'investissement ou une compagnie de courtage jusqu'à 6 mois, pour une banque de détail jusqu'à 9 mois". L'expert souligne également que les délais habituels pouvaient augmenter en cas d'afflux des demandes. "Plusieurs régulateurs reçoivent actuellement de nombreuses requêtes", précise-t-il.

    "Obtenir l'approbation et l'autorisation des régulateurs peut prendre un certain temps. Quoi qu'il en soit, nous regardons en avant et recevrons des instructions sur ce que nous devons faire pour continuer à fournir les services à nos clients", témoigne également le directeur d'une grande banque américaine.

    La décision des citoyens britanniques de quitter l'UE a provoqué une fuite des investisseurs détenant des actifs à risque, avant tout britanniques. Le cours de la livre par rapport au dollar a atteint son plus bas niveau depuis 30 ans et les marchés boursiers de la plupart des pays se sont clôturés dans le rouge. Les investisseurs surveillent les décisions des banques centrales pour stabiliser la situation — pour l'instant, les actifs de protection sont les obligations de dette américaines et l'or.

    Lire aussi:

    Brexit. Qui pour emboîter le pas au Royaume-Uni?
    "Super John Kerry" vole au secours d'une UE sonnée par le Brexit
    Brexit: l’Ecosse brandit la menace d’un véto
    Ce que nous dit le Brexit
    Tags:
    finances, économie, Union européenne (UE), Royaume-Uni, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik