Lu dans la presse
URL courte
Par
L'Etat islamique (2014) (1131)
0 17
S'abonner

La récente série d'attentats commis par le groupe terroriste État islamique (ou Daech, interdit en Russie), pourrait illustrer un changement de tactique de l'organisation.

En Syrie comme en Irak, les terroristes de Daech perdent des positions et des territoires, ce qui les force à revenir à d'anciennes méthodes et à faire parler d'eux en perpétrant des attentats. Entre le 28 juin et le 5 juillet, les terroristes liés à l'État islamique ont organisé plusieurs attaques dont l'écho a retenti dans le monde entier. Dans la liste des cibles de Daech: l'aéroport d'Istanbul, une rue commerciale de Bagdad (au moins 290 morts), un snack de Dacca fréquenté par des étrangers (20 morts dont des touristes européens), ainsi que la mosquée du Prophète à Médine.

"Depuis deux ans l'État islamique a subi de sérieuses pertes dans les opérations militaires classiques et se concentre aujourd'hui sur la guérilla et les attentats. Ce sont des attaques de désespoir", estime Daniel Byman du Centre pour la politique au Moyen-Orient de Washington. Néanmoins, il serait absurde de sous-estimer Daech. D'après le département d'État, ces derniers temps le groupe terroriste a "fait preuve d'une capacité accrue de mener ses opérations dans sept pays", de la Turquie à la Belgique en passant par le Bangladesh et la Tunisie.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Victimes du terrorisme : pour le mainstream toujours loin d’être égales
Bangladesh: les preneurs d'otages membres d'un groupe local et non de l'EI
L’odeur de la mort à Bagdad: pourquoi personne ne se soucie du pire attentat de Daech
Hollande: les attentats de l'El à Bagdad sont "l'oeuvre de criminels abjects"
Tags:
attentat, Etat islamique, Médine, Tunisie, Bangladesh, Turquie, Syrie, Belgique, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook