Lu dans la presse
URL courte
Par
0 181
S'abonner

La Corée du Sud a accepté de déployer sur son territoire le complexe antimissile américain THAAD pour une mise en service fin 2017. Washington et Séoul justifient cette décision par une "menace émanant de la Corée du Nord".

Les autorités sud-coréennes ont eu du mal à trouver un endroit pour déployer le système THAAD car les habitants des régions potentielles ne veulent pas se transformer en cibles pour Pyongyang. Sans compter les conséquences indésirables des radiations émises par les puissants radars du système pour la santé de la population dans les environs. Finalement, c'est le district de Seongju qui a été choisi selon l'agence de presse Yonhap.

Le ministère sud-coréen de la Défense a tenté de rassurer les opposants en affirmant que le dispositif antimissile pourrait protéger entre la moitié et les deux tiers de la population contre des frappes nord-coréennes. De plus, il a promis que grâce à ce système la Corée du Sud assurerait la défense des sites d'infrastructure cruciaux tels que les centrales nucléaires, les dépôts de pétrole, ainsi que les bases des forces américaines. Près de 28 000 soldats américains sont actuellement déployés sur le territoire sud-coréen.

Un représentant de la municipalité de Seongju a annoncé une grève de la faim pour témoigner de la réaction des habitants du district aux plans des militaires américains et sud-coréens. L'agence Reuters rapporte qu'un groupe d'habitants a également exprimé son rejet du projet au personnel du ministère de la Défense à Séoul. Ils se disent préoccupés non seulement pour leur santé, mais également pour leur principale source de revenus — les pastèques. Les radiations du THAAD pourraient en effet toucher les productions des agriculteurs.

Comment la Chine et la Russie réagiront-elles aux démarches de Washington et de Séoul? Pour l'instant, les deux puissances se sont limitées à la sphère diplomatique. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Igor Morgoulov a exprimé à l'ambassadeur de Corée du Sud à Moscou les préoccupations de la Russie. Tandis que le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang a exigé de stopper le déploiement du THAAD, ajoutant que la Chine comptait "défendre ses intérêts".

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Bouclier US en Corée du Sud: Moscou et Pékin exhortent les USA à réviser la décision
Parapluie antimissile US en Corée du Sud: Pyongyang promet une riposte
Washington tente Séoul par le parapluie antimissile
Covid-19: Boris Johnson transféré aux soins intensifs
Tags:
système antimissile THAAD, États-Unis, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook