Lu dans la presse
URL courte
Par
574
S'abonner

Certains scientifiques affirment que l'homme n'est plus régi par les lois de Darwin.

Ils estiment que grâce aux technologies modernes nous sommes devenus si indépendants de la nature que nous ne devons plus nous adapter à ses caprices. Les questions de survie et d'adaptation de l'homme ne se posent plus et il s'est, par conséquent, arrêté dans son évolution. En un mot, Darwin et sa théorie ne sont plus d'actualité.

L'anthropologue américain John Hawks, au contraire, pense que sur une évolution de l'homme estimée à près de 7 millions d'années, les changements effectués en 30 000 ans ont justement été très rapides à l'échelle historique. Par exemple, quand l'homme est passé de la cueillette et de la chasse à l'élevage et à la culture des plantes, ses conditions de vie se sont considérablement améliorées. Les hommes ont migré vers d'autres continents, la nutrition a changé brusquement et la natalité augmenté rapidement. Tout cela a engendré de nouvelles mutations qui se sont activement incorporées dans l'évolution. Le mécanisme de sélection naturelle a fonctionné avec intensité maximale, triant les différentes mutations. Hawks cite plusieurs exemples les plus révélateurs de cette évolution: le passage à la culture de la terre, notamment, offrait un avantage dans la lutte concurrentielle à nos ancêtres qui avaient obtenu un ferment amylolytique.

Mais ce point concerne surtout la sélection en fonction de la capacité de l'homme à assimiler le lait obtenu en grande quantité par les anciens éleveurs de bétail.

Un autre exemple de l'adaptation de l'homme aux conditions extérieures est celui de la formation des dents, de la peau et des cheveux. Le passage il y a près de 10 000 ans d'un régime crudivore à la nourriture assouplie cuite sur le feu a rapidement changé notre anatomie. Les mâchoires ne sont plus aussi puissantes que chez nos ancêtres et la taille des dents a diminué de 10%. Quant aux propriétés extérieures, à l'aube de l'humanité tout le monde avait des cheveux, une peau et des yeux de couleur foncée. Suite à de nombreuses mutations apparues lors de la migration de l'homme vers de nouvelles conditions de vie, ces caractéristiques ont été modifiées, entraînant notamment un éclaircissement.

Hawks est persuadé que l'homme continue d'évoluer aujourd'hui et qu'il continuera d'évoluer à l'avenir, au moins parce que le phénomène migratoire a acquis une ampleur colossale.

Les chercheurs soulignent que le mécanisme d'adaptation est le même qu'il y a des millions d'années. Avec un seul mais… Dans l'antiquité, les changements de milieu et de conditions de vie étaient très lents et duraient des dizaines, voire des centaines de milliers d'années, alors qu'aujourd'hui ces phénomènes se produisent très vite, ce qui place l'homme face à de nouvelles tâches que l'évolution ignorait. Il doit aujourd'hui trouver les réponses aux défis qu'il se fixe lui-même.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

"Homo naledi", chaînon perdu de l’évolution?
L'incapacité à fumer a-t-elle tué les Néandertaliens?
Le désert africain conserve depuis 800.000 ans une trace de l'ancêtre de l'homme
Comment l’activité humaine a bouleversé l’évolution des animaux?
Tags:
anthropologie, adaptation, homme, théories, technologies, chercheurs, science, Charles Darwin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook