Ecoutez Radio Sputnik
    Pétrole: Moscou et Riyad s'allient pour faire grimper les prix

    Pétrole: Moscou et Riyad s'allient pour faire grimper les prix

    © REUTERS/ Sergei Karpukhin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    162147136

    Alors qu'on souligne de plus en plus souvent que le prix sur l'or noir est artificiellement bas, le pétrole devrait coûter plus et certains espèrent même revenir à un baril à 100 dollars, la Russie et l'Arabie saoudite ont signé lundi une déclaration conjointe pour tenter de stabiliser le marché.

    L'Opep se réunira de manière informelle le 26 septembre en Algérie pour évoquer un gel des volumes de production.

    Téhéran 2016

    La Russie et l'Arabie saoudite ont signé lundi 5 septembre une déclaration conjointe sur la nécessité de stabiliser le marché du pétrole. A cette nouvelle le prix de l'or noir est monté en flèche: le baril de Brent à la bourse londonienne ICE a gagné 5% pour se rapprocher de la barre des 50 dollars.

    Le marché, qui a d'abord réagi de manière très positive à cette annonce, a commencé à refroidir ses ardeurs après la publication du document. Le lendemain, le baril de Brent a chuté jusqu'à 47,3 dollars, soit de 0,7% (à13h20, heure de Moscou le 6 septembre).

    "La réaction immédiate du marché était trop optimiste", a noté l'analyste d'IFC Markets Dmitri Loukachov, qui explique qu'aujourd'hui les prix ne sont plus influencés par l'Arabie saoudite ou la Russie, mais par l'Iran.

    "La situation est intéressante: les réserves pétrolières de l'Iran sont 1,5 fois supérieures à celles de la Russie et 1,5 fois inférieures à celles de l'Arabie saoudite. Autrement dit, la Russie est quelque part au milieu. Sachant que la production iranienne dépasse les 4 millions de barils par jour, alors que la Russie et l'Arabie saoudite affichent ensemble presque 11 millions de barils par jour. Il est logique que dans cette situation Téhéran se sente désavantagé et souhaite augmenter sa production. Tout le monde a conscience du fait qu'une telle décision serait susceptible de provoquer un véritable crash des quotas pétroliers", commente l'analyste.

    Déclaration de stabilité

    Pétrole
    © REUTERS/ Carlos Garcia Rawlins
    Tout allait pour le mieux tant que les acteurs du marché n'avaient pas pu lire le texte de la déclaration dans le détail. Les cours ont commencé de fléchir après la publication du document: en effet, ce dernier ne contient aucune proposition plus ou moins concrète pour stabiliser le marché.

    Premièrement, les ministères de l'énergie des deux pays ont reconnu qu'il fallait contenir la volatilité excessive du marché pétrolier. A cet effet les hauts fonctionnaires ont convenu d'agir ensemble ou en coopération avec d'autres producteurs d'hydrocarbures. Deuxièmement, la Russie et le royaume ont décidé de coopérer pour l'introduction de nouvelles technologies, l'échange d'expérience et d'informations. Troisièmement, les pays pourraient créer une banque de données commune des technologies avancées. Quatrièmement, en octobre 2016 Moscou et Riyad organiseront la première réunion du groupe de travail pour la coopération pétrolière et gazière.

    "La Russie et l'Arabie saoudite ont seulement convenu d'élaborer des recommandations pour les actions et les mesures communes pour réduire la volatilité excessive du marché pétrolier. En d'autres termes, il n'y a pas de formulations claires sur la restriction de la production ni même une feuille de route. C'est pourquoi la réaction du marché a été brève et brusque", explique Ekaterina Krylova, analyste en chef de Promsviazbank.

    De plus, après l'entretien avec son homologue russe Alexandre Novak, le ministre saoudien de l'énergie, de l'Industrie et des Ressources minières Khaled al-Faleh a déclaré que l'Arabie saoudite ne voyait "aucun besoin de geler la production pétrolière". Selon les spécialistes, c'est justement la seule manœuvre qui pourrait influer significativement sur les quotas.

    Téhéran s'est joint а la déclaration de Moscou et de Riyad — ce n'est pas la première fois que le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh dit "soutenir toute mesure susceptible de stabiliser les prix", allant jusqu'au gel de la production. Mais visiblement, l'Iran n'est prêt à apporter son soutien que verbalement car le pays, qui doit regagner ses positions après les sanctions américaines et européennes, continue d'accroître sa production.

    Une question de justice

    Bien que l'effet positif de la déclaration russo-saoudienne s'estompe peu а peu, on entend de plus en plus parler ces derniers jours d'un "cours pétrolier juste".

    Bijan Namdar Zanganeh a annoncé que pour l'Iran, il s'agissait de 50-60 dollars le baril. Côté russe, le cours pétrolier actuel "nous convient en principe", déclarait le 5 septembre le président russe Vladimir Poutine.

    "Quant au prix idéal, c'est simple: il doit être juste. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, il devrait être légèrement plus élevé", a souligné le chef de l'état.

    Les producteurs pétroliers ont donc trouvé un consensus concernant la situation tarifaire: l'or noir doit coûter plus que 47 dollars le baril comme c'est le cas aujourd'hui. Pour faire monter les prix il est nécessaire d'équilibrer le marché en ajustant l'offre — excessive à l'heure actuelle — à la demande.

    Cet équilibre pourrait s'installer naturellement, par exemple grâce а une hausse de la consommation de pétrole dans le monde (l'Opep prédit une demande record de pétrole en 2017 — а hauteur de 95,41 dollars le baril), ou artificiellement. La seconde solution prévoit un réel accord sur la diminution ou le gel de la production. Seule l'Opep, produisant environ un tiers du pétrole mondial, pourrait prendre une telle décision. La Russie est prête а soutenir le gel de la production, "juste" d'après Vladimir Poutine. "Je voudrais espérer que tous les acteurs du marché qui souhaitent maintenir un cours mondial stable et juste finiront par prendre la décision adéquate", a-t-il noté le 2 septembre.

    Le Forum international de l'énergie se réunira le lundi 26 septembre en Algérie, en marge duquel on peut s'attendre à une rencontre informelle des pays de l'Opep autour du gel de la production. Plus tôt, au sommet de Vienne en juin, le cartel n'avait pas réussi à s'entendre à cause de la position de l'Iran qui avait refusé de limiter sa production en pleine croissance — tout comme en avril à Doha.

    Un éventuel refroidissement

    Alexeï Kalatchev, expert de la société russe Finam, pense qu'il est fort probable que l'Opep décide de geler la production lors de la réunion du 26 septembre, avec des clauses spécifiques au profit de l'Iran.

    "Dans ce cas la fourchette des prix pourrait se déplacer dans la zone des 35-55, voire des 40-60 dollars le baril, mais pas plus haut", prédit-il. "Ces derniers temps, le cartel et la Russie ont augmenté leur production et un tel gel, s'il en était question, interviendrait à un niveau de production élevé, ajoute l'expert. Or la situation actuelle convient à l'Arabie saoudite".

    "Grâce aux bas coûts de production, les cours actuels permettent au pays de conserver sa part du marché mondial au détriment des pays au coût de production élevé. C'est pourquoi il est peu probable que ses représentants forcent le cours des négociations", affirme-t-il.

    En cas de gel de la production du cartel au niveau actuel (30-31 millions de barils par jour), les cours pétroliers mondiaux se stabiliseraient à 50-70 dollars le baril, pronostique Dmitri Loukachov d'IFC Markets.

    Ekaterina Krylova, de Promsviazbank, n'envisage même pas le scénario du gel. D'après elle, aucune décision radicale ne sera prise au forum algérien. "Tout se limitera certainement à un nouveau communiqué", dit-elle. L'experte prédit qu'en septembre le baril restera compris dans l'intervalle "fondamentalement justifié" de 47-50 dollars.

    Toutefois, on peut s'attendre à tout s'il s'avérait impossible de trouver un terrain d'entente. Par exemple, Khaled al-Faleh a constaté que les conditions du marché pétrolier s'amélioraient de jour en jour, écartant peut-être la nécessité d'un gel.

    Le directeur du département consulting d'IHS en Russie, Maxim Netchaev, ne croit pas du tout que le baril atteindra 100 dollars d'ici 2024. Selon lui, l'augmentation des cours sera liée à un rétablissement de l'équilibre offre-demande. "L'économie mondiale poursuivra sa croissance, la période de turbulences passera et l'excès de pétrole actuel sera consommé", déclare l'expert, qui rappelle que l'économie aura toujours besoin d'hydrocarbures. Autrement dit: il faut attendre et le prix du pétrole augmentera à nouveau.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    L'Arabie saoudite cède le marché chinois à la Russie
    Arabie saoudite-USA: la guerre du pétrole n'aura pas lieu
    L'industrie pétrolière US toujours en attente d'un miracle
    La Chine met la main sur le pétrole écossais
    Tags:
    prix du pétrole, gaz, hydrocarbures, baril, pétrole, Brent, OPEP, Vladimir Poutine, Iran, Arabie Saoudite, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik