Lu dans la presse
URL courte
Par
13910
S'abonner

Un deuxième référendum sur l'indépendance de l’Écosse sera possible après le Brexit.

Nicola Sturgeon, première ministre écossaise, prépare déjà le terrain pour l'organisation d'un nouveau vote sur l'indépendance du pays.
Même si elle n'est pas une partisane acharnée de l'indépendance de l'Écosse, la ministre avait tout de même déclaré avant le référendum sur le Brexit que si la Grande Bretagne quittait l'UE, Édimbourg devrait examiner la possibilité de faire sécession. Comme elle l'a récemment souligné, les Écossais doivent être prêts à se prononcer pour l'indépendance afin d'éviter la "décennie perdue" à laquelle ferait face Londres à cause de son divorce avec Bruxelles.

David Cameron, ancien premier ministre britannique qui avait autorisé le référendum en Écosse en 2 014 pour ensuite permettre aux Britanniques de décider de leur sort en Europe, a laissé à la démocratie britannique un héritage dangereux. A cause de ce précédent, le pays devra désormais accepter toute initiative de référendum se basant sur des arguments sérieux.

Londres ne voit pour le moment qu'une seule issue: empêcher Édimbourg de lancer le deuxième référendum. Mais les actions des autorités centrales ne font pour le moment qu'irriter les Écossais. Nicola Sturgeon a souligné son inquiétude quant au fait que Londres n'avait toujours élaboré aucun plan de sortie de l'UE et n'avait fait aucun progrès vers cet objectif. Qui plus est, les autorités ne se sont toujours pas prononcées sur le rôle de l'Écosse dans les négociations avec Bruxelles.

Il est donc peu probable que le pays arrive à éviter cette "décennie perdue". La procédure du Brexit pourrait prendre jusqu'à cinq ans et comme Londres a décidé qu'il fallait sortir "tous ensemble" de l'UE, l'indépendance "salutaire" de l'Écosse sera certainement reportée. Qui plus est, si les Écossais se prononçaient pour la rupture, leur divorce avec la Grande Bretagne et l'ouverture d'une fenêtre à l'Europe prendront beaucoup de temps.

Pour le moment, les partisans de l'indépendance sont 1 % ou 2 % moins nombreux que les défenseurs de la Grande Bretagne unie. Mais selon les sondages, une situation similaire avait été enregistrée avant le référendum sur le Brexit.

Lire aussi:

Les Polonais, boucs émissaires de la campagne du Brexit ?
Ce que le Brexit coûte chaque semaine aux contribuables britanniques
Hollande et Merkel utilisent le Brexit pour créer une armée européenne
Brexit: Londres devra payer s'il veut profiter des mêmes privilèges avec l'UE
Tags:
Écosse, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook