Lu dans la presse
URL courte
Par
5200
S'abonner

Les astrophysiciens ont relevé, dans notre système solaire, des rayons X ne provenant pas des sources habituelles.

Jusqu'ici on pensait que ces rayons venaient du vent solaire (le flux de particules se détachant de notre étoile) et de la Bulle locale — une région de gaz chaud déchargé à l'intérieur du Bras de l'Orion dans notre galaxie. Mais récemment les chercheurs ont tiré de nouvelles conclusions.

En 2012, la NASA a lancé la sonde DXL qui a passé environ 15 minutes dans l'espace. Les informations qu'elle a recueillies, très précieuses, ont mis plusieurs années à être traitées. Les résultats détaillés du vol de la sonde DXL ont été publiés dans le dernier numéro du magazine Astrophysical Journal.

L'analyse des données a révélé qu'environ 40 % des rayons X captés par la sonde émanaient du vent solaire. En théorie, les 60 % restants devaient donc émaner de la Bulle locale: ce n'est pas le cas. Une partie des rayons à haute énergie est produite par un objet inconnu de la science.

« La température de la Bulle locale n'est pas suffisamment élevée pour obtenir certains rayons X dans le domaine des hautes énergies. Par conséquent la question relative à leur origine reste ouverte  », a déclaré Youaraj Uprety, auteur en chef de l'étude à l'université de Miami.

La découverte faite grâce à la sonde DXL est importante pour comprendre la structure qui entoure le système solaire. Sur Terre il était impossible de réaliser de telles mesures car notre atmosphère bloque la plupart des rayons X de l'espace.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Un désert découvert dans le centre de la Voie lactée
Des débris spatiaux auraient endommagé un satellite de recherche japonais
Des scientifiques ont découvert un berceau d'étoiles autour d'une supergéante
NASA: Charon montre son côté obscur
Tags:
rayons X, découverte, espace, NASA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook