Ecoutez Radio Sputnik
    Découverte d'une tombe d'un homme mystérieux en Suisse

    Découverte d'une tombe d'un homme mystérieux en Suisse

    © Archaeological Services of Canton Bern
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    1411

    Des archéologues ont découvert en Suisse la tombe mystique d'un individu enterré visage vers le bas.

    Cette découverte a été réalisée dans un ancien cimetière près de Schüpfen dans le canton de Berne, utilisé du VIIIe au XVIIe siècle. Cette inhumation inhabituelle aurait été la dernière — Les chercheurs pensent que personne d'autre n'a été enterré dans cet ancien cimetière. Toutefois, ce n'est pas le seul détail qui a rendu perplexes les scientifiques.

    Dans la tombe, ils ont retrouvé le squelette d'un homme enterré visage vers le bas, un couteau et une bourse avec dix monnaies collées en un bloc. La plus ancienne d'entre elles datait de 1 629. D'après Christian Weiss, expert du Service archéologique du canton de Berne, c'est l'analyse aux rayons X qui a permis de découvrir l'origine des monnaies, fabriquées dans différentes villes d'Europe.

    On suppose donc que le défunt était un marchand itinérant. Son nom et la cause de son décès n'ont pas encore été établis. Compte tenu du caractère mystérieux de son inhumation, les chercheurs supposent qu'il est mort d'une maladie infectieuse ou a été probablement tué par vengeance, mais pas pour être volé.

    Cependant les experts ne peuvent pas dire exactement pourquoi l'homme a été enterré visage vers le bas. Selon les dernières théories, les gens montraient ainsi leur attitude négative envers le défunt, dont le comportement de son vivant sortait du cadre des normes sociales.

    Lire aussi:

    Le train d'or nazi échappe aux chasseurs de trésors
    Tell Ajaja, joyau assyrien, vandalisé par Daech
    L'Arc de Triomphe, ce joyau de Palmyre, peut être restauré
    La momie d'une jeune fille, tuée il y a 300 ans, a ouvert les yeux
    Tags:
    homme, mystère, tombe, Suisse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik