Lu dans la presse
URL courte
Par
142
S'abonner

L'accord de paix entre les autorités colombiennes et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), qui doit mettre un terme à une guerre civile d'un demi-siècle dans le pays, risque d'échouer: à l'issue du référendum qui s'est tenu dimanche en Colombie, 50,23% des votants n'ont pas soutenu la trêve.

Le sort du processus de paix sera évoqué aujourd'hui par les représentants des autorités et des rebelles à Cuba.

Un accord historique de paix entre les autorités colombiennes et les FARC avait été conclu il y a un an et signé la semaine dernière. Il devait mettre un terme à un demi-siècle d'une guerre civile qui a fait au moins 220 000 morts, mais les Colombiens ont refusé de le soutenir lors du référendum de dimanche dernier. 49,78 % des votants se sont prononcés en faveur de l'accord et 50,23 % contre. Le taux de participation au référendum était de 37,43 %, ce qui était suffisant pour que le vote soit reconnu. Selon les informations officielles, l'issue du vote a été déterminée par une différence de 53 000 voix.

Après l'annonce des résultats, le président colombien Juan Manuel Santos a reconnu la défaite de ses partisans dans une allocution télévisée. « Je vous ai réunis pour que vous décidiez si vous souteniez ou non l'accord de paix avec les FARC, et la majorité, même si ce n'est qu'avec une avance minime, a dit non », a déclaré le président. Il a promis que l'accord de trêve conclu cet été resterait en vigueur. « Je lutterai pour la paix jusqu'à la dernière minute de mon mandat », a-t-il déclaré.

Le sort du processus de paix sera évoqué aujourd'hui par les délégués des autorités et des FARC lors d'une rencontre à Cuba. François Hollande a exprimé lundi son « plein soutien » au président colombien Juan Manuel Santos et salué « son courage politique », au lendemain du rejet par référendum de l'accord de paix qu'il avait signé avec la guérilla des Farc, selon le communiqué de l'Elysée.

« La France reste plus que jamais aux côtés des autorités et du peuple colombien pour donner toutes ses chances à la paix et à la poursuite du dialogue », assure également le président de la République dans ce communiqué.

Lire aussi:

Colombie : la délégation des Farc affirme ne rien savoir des policiers capturés
Colombie : appel à accélérer le processus de paix avec les FARC
Colombie : Bogota et les FARC parviennent à un accord
Colombie: le parti des FARC de retour sur la scène politique
Tags:
gouvernement, FARC, Colombie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook