Ecoutez Radio Sputnik
    Captain America #1

    La BD, un outil de propagande

    © Flickr/ Philipp Lenssen
    Lu dans la presse
    URL courte
    Life
    547

    Le 18 octobre 1896, le New York Journal de William Hearst publiait l'une des premières bandes dessinées modernes de l'histoire.

    Elles sont rapidement devenues une arme puissante de propagande, pour atteindre l'apogée de leur influence sur les esprits pendant la Seconde Guerre mondiale. Leurs pages colorées montraient alors des super-héros qui écrasaient les nazis et combattaient facilement Adolf Hitler.

    Des symboles patriotiques

    Superman ouvre un char fasciste comme une boîte de conserves, Captain America met Hitler KO avec un crochet du droit alors que Captain Marvel bat le führer avec une ceinture. Catman l'étrangle et Batman tire sur des nazis avec une mitrailleuse pendant que Robin lui apporte des munitions. Toutes ces scènes figuraient sur les couvertures des BD publiées au cours de la Seconde Guerre mondiale.

    ​​Un numéro célèbre de Captain America montrant ce héros habillé aux couleurs du drapeau américain donner à Hitler un coup de poing à la mâchoire a été publié en mars 1941, neuf mois avant l'attaque sur Pearl Harbor. Suite à cette publication, la maison d''édition a reçu beaucoup de lettres de mécontentement: les lecteurs n'avaient aucune envie de se mêler à la politique et ne s'intéressaient guère au conflit en Europe.

    ​Quoi qu'il en soit, c'est bien la guerre qui a déclenché la création de Superman et de Captain America. Ces deux super-héros étaient les symboles nationaux des USA et des idéaux patriotiques.

    Captain America et Superman ont été les deux héros-clés de la Seconde Guerre mondiale mais la liste des super-héros militaires est beaucoup plus longue: Wonder Woman, Human Torch, Captain Marvel, Namor, ainsi que d'autres héros oubliés tels que Shield ou Spy Smasher ont eux-aussi combattu les nazis.

    Superman censuré pour cause de secrets d'État

    Suite à l'entrée de l'Amérique dans le conflit global, les BD se sont complètement plongées dans la propagande. L'ennemi était présenté de manière très dégoûtante et caricaturale.

    L'aspect idéologique des BD était géré directement par le Bureau de l'information militaire, qui a officié jusqu'à la fin de la guerre. Cette institution était responsable de couvertures propagandistes, de la publicité militaire et des livraisons massives de bandes dessinées vers le front. Après le début des combats, le tirage mensuel des BD se chiffrait à 15 millions d'exemplaires pour atteindre 25 millions 18 mois plus tard. Les publications informaient les lecteurs sur la situation au front sous une forme divertissante et justifiaient activement l'ingérence américaine dans la guerre d'outre-mer. Le fascisme était présenté comme un mal d'envergure galactique.

    ​Dans d'autres cas, l'influence des BD était plus souple. Ainsi, Superman, qui a mis lui-même fin au fascisme, n'a pas participé à la guerre: il luttait contre la dictature et de nombreux « doubles » d'Hitler dans des pays européens imaginaires.
    L'épisode la plus spectaculaire de la biographie militaire de Superman reste le numéro 38: « The Battle of the Atoms ». Ce numéro aurait dû sortir en 1944 mais n'est finalement paru que deux ans après à cause de la censure. En effet, il portait sur une bombe nucléaire ce qui, selon les fonctionnaires, pouvait donner des indications sur le Projet Manhattan (programme américain de création d'armes nucléaires, ndlr) à l'ennemi. Superman a, par hasard, dépassé la propagande et failli trahir des secrets, d'où cette censure.

    Après la guerre

    Ironie de l'histoire: Superman, qui a toujours évité une implication directe dans la guerre, a survécu sans problème et reste toujours un personnage populaire. Captain America fut quant à lui été moins chanceux: il a perdu son utilité après la guerre et les ventes des BD du super-soldat vêtu de la bannière étoilée ont chuté.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    1941-1945: quand le crayon devient une arme
    Mein Kampf de retour dans les librairies allemandes
    Donald Trump: patate ou vilain?
    Pourquoi Internet ne vaincra jamais les livres en papier
    Tags:
    bandes dessinées, super-héros, bande dessinée, nazis, propagande, caricature, histoire, Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik