Ecoutez Radio Sputnik
    Hillary Clinton

    Le plan d'Hillary Clinton pour séduire les minorités ethniques

    © REUTERS / Carlos Barria
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    7221
    S'abonner

    Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle américaine, promet un "avenir radieux" aux minorités ethniques qui résident aux États-Unis si elle était élue.

    Concrètement, son équipe de campagne a collaboré avec plusieurs médias d'Europe de l'Est pour faire passer ce message. Ces informations se trouvent dans les lettres du chef du QG de Clinton John Podesta récemment révélées par le site WikiLeaks.

    La nouvelle série de révélations du site lève notamment le voile sur un rapport à la direction des démocrates datant de mars 2016 concernant un travail de propagande réussi auprès des minorités ethniques en Amérique. On apprend que l'équipe de Clinton a mis en place une stratégie pour influencer les Bosniaques, les Polonais, les Ukrainiens et les Grecs — tous ceux dont les droits sont aujourd'hui susceptibles d'être bafoués aux USA. Le QG de Clinton s'entendait notamment sur la publication d'articles pour soutenir l'ex-secrétaire d'État dans des médias dont le public principal est composé de représentants de minorités ethniques.

    Clinton promet à ces derniers un avenir radieux aux États-Unis en échange de leur vote. La lettre révélée très récemment, contenant un compte-rendu détaillé sur l'interaction du QG de Clinton avec les diasporas et leurs médias favoris, a été envoyée de l'appareil à John Podesta en mars 2016. On y voit expliqué en détail comment avançait le travail avec les journalistes, quelles réunions avaient été organisées avec les représentants des minorités ethniques et des liens renvoyant aux articles déjà publiés dans les médias.

    "La meilleure candidate pour les Bosniaques"

    Selon le communiqué, le site de la chaîne d'information kmov.com qui émet à Saint-Louis, Missouri, a publié en mars un article en soutien à Hillary Clinton. Une grande diaspora de plus de 70 000 Bosniaques réside justement dans le Missouri.

    "Nous pensons que l'ex-secrétaire d'État est la meilleure candidate à la présidence", y déclare le président de l'association bosniaque Zaim Jahic. Ce dernier vit à Saint-Louis, travaille comme dentiste dans une clinique locale et publie sur Facebook des extraits d'articles de soutien à Hillary Clinton.

    Le même mois, le QG de Clinton a organisé une réunion "Les Bosniaques pour Hillary" avec la présence du diplomate Christopher Hill, de la conseillère de Clinton pour la politique étrangère Laura Rosenberg et de la représentante des Bosniaques américains qui travaille depuis 2015 au parti démocrate, Maja Tosic. Avant cela en 2014, Tosic travaillait comme journaliste au Michigan Daily.

    "Toute une équipe de conseillers s'occupe d'améliorer l'histoire de Maja Tosic, notamment sur la fuite de sa famille de Bosnie et son travail au parti démocrate dans l'Ohio, le Nevada et le New Hampshire", écrivait à Podesta le personnel du QG.

    L'association bosniaque a été fondée après l'afflux en Amérique de réfugiés qui cherchaient un asile pendant les conflits armés et ethniques en Yougoslavie en 1991-2001. A l'époque c'est Bill Clinton, le mari d'Hillary, qui était président des USA.

    "Plus de propagande pour les Polonais"

    Le QG de l'ex-secrétaire d'État coopère aussi étroitement avec les journalistes des médias polonais pour s'entendre sur l'apparition d'Hillary à la une.

    "Nous continuons de travailler au renforcement de la propagande médiatique avec les dirigeants polonais démocrates sous l'égide de Marin Pekarski", faisaient savoir dans un courrier les membres du QG à Podesta.

    Dans le même temps, le site Polish News a publié en mars 2016 un article consacré à la visite de Bill Clinton à Chicago, Illinois, pour soutenir Hillary dans la course présidentielle: 210 000 Polonais vivent dans cette ville.

    Cet événement est commenté dans Polish News par l'ami d'université de Bill Clinton, Zbigniew Pełczyński. Dans l'article, il évoque le professionnalisme de son ancien camarade et l'aide "inestimable" de la fondation Clinton.

    "Bill Clinton a écrit de grands articles sur les questions internationales, faisant preuve d'incroyables aptitudes et d'une profonde connaissance des problèmes intérieurs et internationaux complexes. Aujourd'hui, lui et sa fondation aident des milliers de personnes à travers le monde", souligne l'article.

    L'arrestation de Savtchenko, un atout politique

    L'histoire de la sniper ukrainienne Nadejda Savtchenko a également joué en faveur de l'ex-secrétaire d'État, qui a utilisé son nom pour sa campagne électorale.

    "Je soutiens Nadejda Savtchenko et le peuple ukrainien — tout comme je défends toujours les droits des femmes et de toutes les personnes qui souffrent d'injustice", cette déclaration a été publiée le 10 mars 2016 sur le site 112.INTERNATIONAL, lancé en août 2015 comme une branche du média ukrainien 112.

    Un article similaire est paru le jour même en ukrainien sur le site de Voice of America.

    "L'un de nos collaborateurs a étudié les courriels des principaux médias ukrainiens envoyés par les leaders des communautés ukrainiennes. Afin de promouvoir les déclarations d'Hillary nous travaillons avec des activistes ukrainiens à Washington, ainsi qu'avec des organisations religieuses ukrainiennes", apprend-on dans la correspondance des démocrates.

    "Inquiète" pour la Grèce

    "Le média copte Nouvelles grecques a publié un article sur la réaction politique d'Hillary aux défis actuels de la Grèce. Nos experts travaillent pour mettre en contact un journaliste avec Julia Smith ou un autre spécialiste de la politique européenne", écrivent les assistants à Podesta.

    Le QG de Podesta a également préparé des rencontres de démocrates américains avec des Grecs pour populariser Clinton. Selon le contenu des lettres, le programme a été élaboré par Eleni Tsakopoulos Kounalakis (diplomate américaine d'origine grecque).

    "Hillary défend les mal-aimés en Amérique"

    Le politologue américaniste Sergueï Soudakov explique cette propagande active auprès des diasporas ethniques en pleine campagne électorale.

    "Il existe en Amérique un conflit colossal entre les migrants ancrés et ceux qui sont arrivés dans les années 1970-1980: ces derniers sont clairement mal-aimés, notamment les immigrés d'Europe de l'Est. On considère qu'ils sont associés aux groupes criminels. En effet, de telles organisations criminelles existent, par exemple des bandes ukrainiennes à Chicago, à New York, à Los Angeles et à Miami. Hillary Clinton ferme les yeux et propose aux minorités ethniques d'Ukraine, de Pologne et de Bosnie d'améliorer leur image aux yeux des autres Américains en échange de leur soutien à la présidentielle."

    Sergueï Soudakov précise qu'il existe une solution pour s'entendre avec les leaders des diasporas qui détiennent un pouvoir conséquent et une influence sur les habitants de leurs communautés. L'ex-secrétaire d'État pourrait notamment proposer à ces leaders un soutien financier du budget fédéral. Par rapport à Trump, elle plus de chance d'obtenir leurs voix.

    "Hillary est amie avec le président sortant Barack Obama. Contrairement à Trump, qui n'a pas d'amis à la Maison blanche, elle peut profiter de l'appareil d'État pour sa campagne et financer dès à présent les communautés ethniques."

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Ukraine/statut du russe: une violation des droits d'une minorité (ombudsman)
    Ukraine: Washington appelle à protéger les minorités
    Abdelmadjid Tebboune élu Président de l’Algérie dès le premier tour
    Un homme menaçant la police avec une arme blanche «neutralisé» à la Défense
    Tags:
    minorités, Hillary Clinton, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik