Ecoutez Radio Sputnik
    2016, année la plus meurtrière pour les réfugiés

    2016, année la plus meurtrière pour les réfugiés

    © AFP 2019 ARIS MESSINIS
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)
    115

    Selon l'Onu, l'année 2016 a été la plus meurtrière pour les réfugiés qui tentent de se rendre en Europe par la Méditerranée: plus de 3 800 personnes sont mortes en tentant la traversée alors même qu'elles étaient trois fois moins à suivre cet itinéraire.

    L'année 2016 est déjà la plus meurtrière pour les migrants de toute l'histoire des observations, annonce le rapport de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés. Le triste record avait été précédemment établi l'an dernier avec 3 771 morts en mer.

    "C'est la pire année que nous ayons jamais vécue", a déclaré en conférence de presse à Genève le porte-parole de l'agence William Spindler. Et de poursuivre: "Si l'an dernier on comptait un mort pour 269 réfugiés arrivés à destination, en 2016 la probabilité de mort est montée en flèche jusqu'à 1 sur 88". La plupart ont fui en Europe l'an dernier, quand plus d'un million de migrants avaient traversé la Méditerranée. Cette année, le flux de réfugiés en provenance des pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (notamment de Syrie) s'est réduit à 327 800 personnes. La majorité des victimes perd la vie en traversant la mer pour rejoindre l'Italie depuis la Libye.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)

    Lire aussi:

    "Sur les 25 personnes qui se sont noyées, plus de 15 étaient des enfants"
    Les migrants continuent de traverser en masse la Méditerranée
    10.000 enfants réfugiés et migrants non accompagnés portés disparus en Europe
    Un naufrage en Méditerranée aurait fait 500 morts
    Tags:
    crise migratoire, migrants, réfugiés, L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), ONU, Proche-Orient, Libye, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik