Ecoutez Radio Sputnik
    éspace

    La NASA et Roscosmos veulent voler ensemble vers Vénus

    © Photo. European Space Agency & NASA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    195
    S'abonner

    L'agence spatiale russe Roscosmos planche sur le vol d'une sonde automatique vers Vénus et pourrait s'allier avec la NASA sur ce projet: les Américains ont confirmé leur intérêt pour cette mission et ont déjà développé plusieurs scénarios de vol avec les chercheurs russes.

    L'objectif final du projet consiste à construire un appareil de descente qui pourrait "survivre" jusqu'à 24 heures dans les conditions extrêmes à la surface de Vénus.

    « En octobre 2016, un groupe de travail conjoint a proposé plusieurs moutures du projet où les compétences russes et américaines sont complémentaires. Puis nous avons eu une conversation avec la directrice adjointe de la NASA Dava Newman, qui a confirmé son intérêt pour le projet Vénus D. Nous parlons d'une éventuelle coopération pour réaliser ce projet avec la NASA depuis près de deux ans dans le cadre du groupe de travail conjoint composé de spécialistes russes et américains », a déclaré Lev Zeleny, directeur de l'Institut de recherche spatiale affilié à l'Académie des sciences de Russie et président du Conseil de l'Académie des sciences de Russie pour l'espace.

    « Vénus D a toutes les raisons de faire parler de lui comme d'un nouveau grand projet international. L'Europe, les États-Unis et la Chine ont déjà fait savoir qu'ils voulaient coopérer à ce nouveau programme d'étude de Vénus qui devrait impliquer un vaisseau orbital, des sous-satellites et des sondes atmosphériques. La répartition des efforts et des responsabilités des participants pour les différents éléments de la mission permettra d'accroître le niveau des élaborations techniques et le rendement scientifique des expériences », a souligné le service de presse de Roscosmos.

    « Ces dernières années, Vénus s'est retrouvée un peu dans l'ombre des projets pour l'étude de Mars et de la Lune. Mais cette planète a ses propres secrets qui n'ont pas été percés et qui intéressent les scientifiques. Seule une sonde de l'Union soviétique a atterri sur Vénus. Il serait intéressant de reproduire cet atterrissage mais pour que l'appareil de descente survive plusieurs heures et non pas quelques minutes », a noté Lev Zeleny.

    La mission Vénus D pourrait démarrer fin 2026 — date calculée par les chercheurs d'après les trajectoires des planètes. Roscosmos n'est pas encore prêt à s'engager pour cette date car le financement de plusieurs programmes pour l'étude de l'espace a été réduit ces derniers temps dans le cadre du séquestre général du Programme fédéral spatial. L'intérêt témoigné par d'autres États augmente les chances de survie d'un projet concret en cas de réduction budgétaire, c'est pourquoi l'intérêt de la NASA pour Vénus D est important pour Roscosmos.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le tourisme spatial pour tous à seulement 35 M EUR!
    One ticket, please! Les USA pas près de se passer des Soyouz russes
    Un propulseur nucléaire russe place Mars à portée de la main
    Après 50 ans d’existence la coopération spatiale franco-russe mise à l’épreuve
    Tags:
    NASA, Holding spatial russe Roscosmos, Vénus
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik