Lu dans la presse
URL courte
Par
1111
S'abonner

Cette utopie est devenue une entreprise lucrative grâce à des entrepreneurs de la Silicon Valley.

On savait déjà que les partisans du seasteading construisaient des modèles de sociétés libres sur des plateformes pétrolières et des navires désaffectés, jusqu'à l'arrivée de visionnaires au portefeuille bien rempli. Peter Thiel et Patri Friedman ont créé en 2008 l'Institut Seasteading et ont investi quelques millions de dollars dans les îles flottantes.

Au départ, ce projet était perçu comme une lubie mais les premières parcelles de terrain mobiles feront manifestement leur apparition en 2017 déjà. La Polynésie française a donné son accord à la construction près de ses côtes de quelques îles d'essai. Ces plateformes mesurant la moitié d'un terrain de football peuvent accueillir jusqu'à 30 personnes, peuvent se raccorder et se dissocier si ses habitants décidaient de partir dans une navigation encore plus libre.

En cas de succès, la chaîne d'îles artificielles grandira. Mais la liberté a un prix: les plateformes d'essai valent 30 millions de dollars.

 

Lire aussi:

La Russie a appris à produire «le pétrole du futur» depuis des «déchets»
L’existence des chercheurs britanniques expliquée par… des chercheurs britanniques
Des astrophysiciens détectent une lumière vieille de plus de 7 milliards d’années
Elon Musk met en garde contre les robots qui vous voleront vos jobs
Tags:
île, libertés
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook