Lu dans la presse
URL courte
Par
364
S'abonner

Pour la première fois de son histoire, l'Union astronomique internationale (UAI) a attribué un nom à 227 étoiles découvertes plus ou moins récemment, dont Proxima et Alpha Centauri, annonce le communiqué de presse de l'organisation.

"Étant donné que l'UAI doit donner des noms formels aux exoplanètes et aux étoiles autour desquelles elles tournent, nous avons décidé de cataloguer les noms de celles qui ont pu être observées par l'humanité en permanence durant toute l'histoire de la civilisation, et choisir les dénominations désormais d'usage", a déclaré Eric Mamajek, responsable du groupe de travail pour les noms d'étoiles à l'UAI.

Avant l'époque moderne et la naissance de l'astronomie en tant que science, des centaines d'astronomes et d'astrologues de l'Antiquité, du Moyen-Âge et des temps modernes observaient et découvraient des centaines et des milliers d'étoiles, dont certaines recevaient leur propre nom. Le grand nombre de ces noms attribués aux mêmes étoiles par les astronomes de différentes cultures a pu semer la confusion et faire naître des différends sur leur appellation.

Par exemple, l'étoile Zeta de la Grande Ourse, l'une des plus brillantes et visibles de l'hémisphère Nord, était connue chez les Arabes comme Mizar ("ceinture"), chez les Indiens comme Vasishtha (fils de Brahma), les philosophes grecs l'appelaient Alopex ("renard"), et les Romains Equus Stellaris ("cheval stellaire").

C'est pourquoi jusqu'à récemment, pour la classification et les noms d'étoiles, les astronomes n'utilisaient pas de noms propres mais les noms de constellations et des indications permettant de définir clairement l'étoile en question.

Eric Mamajek souligne que la situation a changé ces dix dernières années, car les astronomes ont encore découvert presque 3 000 étoiles et exoplanètes — dont certaines pourraient ressembler à la Terre. Sous la pression du public, l'UAI a ainsi dû attribuer 14 noms "officiels" aux étoiles autour desquelles tournaient de telles planètes.

Compte tenu de ce précédent, l'organisation a décidé d'attribuer des noms à d'autres étoiles. Les règles étaient assez simples: ces noms devaient contenir de préférence un seul mot et avoir un lien avec l'histoire de l'astronomie ou de l'humanité en général.

Pour sélectionner et publier ces noms, un groupe de travail a été créé qui choisit actuellement les dénominations et choisit celle qui serait la plus intéressante et répondrait à l'"esprit" de l'étoile concernée. L'UAI a publié vendredi la première liste des 227 étoiles dont les noms ont été officiellement approuvés par le groupe et l'UAI.

On y retrouve toutes les étoiles de la Grande Ourse, qui ont reçu leurs noms arabes traditionnels, comme Mizar, l'Étoile polaire (Alpha de la Petite Ourse), devenue Polaris, Spica (Epi de la Vierge), l'étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge, Fomalhaut (Alpha du Poisson austral), Antarès (Alpha du Scorpion), Bételgeuse (Alpha de l'Orion) ou encore Régulus (Alpha du Lion).

Les noms des étoiles les plus proches de nous, Alpha et Proxima Centauri, ont également été étudiés: Alpha Centauri porte désormais le nom de Rigil Kentaurus (Pied du Centaure), mais sa naine rouge voisine est restée Proxima Centauri.

Comme l'indique Eric Mamajek, l'adoption de ces noms ne signifie pas que les anciennes appellations seront retirées de l'usage — les astronomes et le public ont parfaitement le droit de les utiliser s'ils le souhaitent. D'après le représentant de l'UAI, la distribution de noms aux étoiles ne s'arrêtera pas là et son groupe de travail prépare actuellement une nouvelle liste.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Quoi de neuf dans l’Univers?
Le flux d’étoiles près de la Voie lactée aurait été percé par la matière noire
Une découverte fascinante aux confins du Système solaire
Une nouvelle planète découverte dans le système solaire
Tags:
nom, étoiles, astronomie, Union astronomique internationale (UAI)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook