Ecoutez Radio Sputnik
    gaz russe

    L'UE inquiète pour le transit de gaz russe via l'Ukraine

    © Fotolia / pioregur
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    13320
    S'abonner

    À l'approche de l'hiver, la question du transit de gaz russe par le territoire ukrainien refait surface: la compagnie ukrainienne Naftogaz a confirmé sa participation à une réunion trilatérale sur le gaz entre la Commission européenne (CE), la Russie et l'Ukraine prévue à Bruxelles le 9 décembre.

    Cette entente a été convenue à l'issue d'un entretien du ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak avec le vice-président de la CE pour l'Union énergétique Maros Sefcovic à ce sujet.

    Côté russe, le directeur adjoint du Fonds de la sécurité énergétique nationale Alexeï Grivatch pense que la nécessité de cette réunion s'explique par les risques émanant de l'Ukraine en matière de transit de gaz à destination des consommateurs européens.

    « L'Ukraine a posé des "bombes à retardement" sous la forme de directives et de décisions telles que des sanctions antimonopole infondées, la restructuration du système de transport de gaz en désignant un opérateur pour transporter le gaz et les tentatives d'instaurer une nouvelle tarification de manière unilatérale. Tous ces éléments arrivent sur le devant de la scène avec l'arrivée de la saison de chauffage. Les collègues européens sont manifestement préoccupés par cette situation — dès que l'hiver arrive, la CE change de positions », note l'expert.

    Alexeï Grivatch attire également l'attention sur l'idée même d'une rencontre trilatérale: « Il n'est pas normal qu'un vice-président de la CE se rende aux négociations pour que l'une des parties remplissent ses engagements contractuels ».

    L'expert souligne que dans les conditions hivernales, l'Ukraine sera contrainte d'acheter du gaz à Gazprom car ses propres réserves et les capacités de livraisons réversibles sont insuffisantes pour couvrir les pics de consommation.

    Le directeur général adjoint de l'Institut de l'énergie nationale Alexandre Frolov explique que l'Europe a intérêt de conserver le transit de gaz via l'Ukraine car l'argent que Kiev en tire permet au pays de rembourser ses crédits aux banques européennes. Dans le même temps, l'expert est convaincu que du point de vue de l'efficacité économique l'Europe devrait songer à la création d'itinéraires pour éviter des risques de transit susceptibles d'affecter les consommateurs européens.

    D'après lui, c'est à cause de l'usure du système de transport de gaz ukrainien et de la réticence de la Russie, de l'UE et de l'Ukraine elle-même à investir dans les réparations que Moscou conçoit des gazoducs alternatifs pour pouvoir acheminer le gaz russe en Europe sans risque de transit à partir de 2019, quand les accords de transit avec l'Ukraine arriveront à échéance.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    L'Ukraine reconnaît l'arraisonnement de son bateau en Grèce
    Eurovision 2017: l’Ukraine reçoit un carton rouge
    Ianoukovitch: «La guerre en Ukraine déclenchée par le pouvoir en place»
    Ukraine: le ministère de la Défense s’achète des parachutes à lui-même
    Tags:
    gaz, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik