Ecoutez Radio Sputnik
    Gorbatchev

    Gorbatchev reconnaît partiellement son rôle dans la chute de l’URSS

    © Sputnik. Sergey Guneev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    212221

    La fin de l'Union soviétique a été un drame majeur, je l'ai vécue comme une tragédie, selon Mikhaïl Gorbatchev.

    Il y a 20 ans, j'ai démissionné de mon poste de président soviétique. Nous n'avions pas réussi à conserver l'Union. Affaiblie par les attaques des putschistes réactionnaires et des forces nationalistes radicales, elle a cessé d'exister. Aujourd'hui, notamment ces derniers jours, on entend beaucoup de spéculations et de supputations malhonnêtes à ce sujet. Mais je suis certain que la majorité veut sincèrement comprendre ces événements, en identifier les raisons et trouver des réponses relatives non seulement au passé, mais aussi au présent et à l'avenir.

    Il était nécessaire et possible de réformer, de moderniser l'Union. Nous avons choisi ce chemin, tardivement, soit, mais tout de même. Si tous les acteurs de ce processus avaient fait preuve de responsabilité, il aurait certainement porté ses fruits: nous aurions obtenu des républiques fortes et réellement souveraines, ainsi qu'un centre fort agissant dans l'intérêt commun.

    Mais nous ne sommes pas parvenus à résoudre ce problème. Je ne rejette pas ma part de responsabilité mais ma conscience est claire. J'ai protégé l'Union jusqu'au bout par la voie politique.

    Est-ce que tout le monde s'est comporté de manière responsable? Non.

    Je suis toujours certain qu'il était possible de s'entendre avec la plupart des républiques sur la création d'un État confédératif même après l'adoption de leurs déclarations d'indépendance et de souveraineté suite au putsch. Les négociations étaient difficiles mais on avait rédigé un projet d'accord.

    Nous avons alors reçu une nouvelle frappe inattendue. Je rappelle que les accords de Belaveja ont été soutenus par la majorité des députés du Conseil suprême de la Russie, y compris par les communistes qui dénoncent actuellement plus haut que les autres les conséquences catastrophiques de la dissolution de l'Union.

    Cela nous mène à une conclusion importante: les affaires qui touchent au destin du pays ne tolèrent pas l'irresponsabilité, le populisme et la démagogie pathétique.

    Ceux qui ont enterré l'Union soviétique "l'esprit léger" n'imaginaient pas les conséquences qu'auraient leurs actions. De nombreux responsables russes pensaient que la Communauté des États indépendants, formée si sommairement, serait une "union sans Gorbatchev" et que la Russie gérerait et dominerait l'espace soviétique sans aucune observation de la part des autres républiques.
    Une autre illusion fut de croire que la Russie aurait le même poids que l'URSS au niveau international. C'était objectivement impossible. Qui plus est, le pays était affaibli par l'échec des réformes "radicales". C'était mauvais pour la Russie et pour le monde entier.

    L'ordre mondial a perdu l'axe autour duquel il se structurait. La possibilité d'une coopération d'égal-à-égal abandonnée, le monde occidental et notamment les États-Unis ont ressenti l'euphorie d'une prétendue "victoire dans la guerre froide". Elle aussi s'est avérée être une illusion. On a échoué à créer un monde dominé par un pays ou un groupe de pays. Aujourd'hui, tout le monde le comprend parfaitement.

    La fin de l'existence de l'Union soviétique a été un drame majeur. Je l'ai vécue comme une tragédie. Mais je suis certain qu'il ne faut pas réduire les résultats de la Perestroïka à la seule chute de l'Union. Cela serait une erreur historique majeure.

    Le pays a pris le chemin de la liberté et de la démocratie. Il était difficile. Plus difficile que nous le pensions en empruntant ce chemin. Mais ce mouvement, j'en suis sûr, est irréversible.

    La société a surmonté sa peur. Les gens ont obtenu la possibilité d'influer sur le destin du pays. Ils ont fait des erreurs mais ont surmonté l'apathie, appris à prendre des décisions et à répondre de leurs conséquences. Et malgré toutes les fautes et les déceptions, malgré la critique de la Perestroïka et de ses auteurs, ils ne renonceront pas à ses accomplissements: la liberté de parole, de rassemblement, de religion, l'ouverture du pays vers le monde, ou encore l'économie de marché.

    Cela concerne aussi les affaires internationales: on a réussi en seulement quelques années à mettre fin à la Guerre froide, à normaliser les relations avec les États-Unis, l'Europe et la Chine, et à régler plusieurs conflits régionaux.

    Sans oublier la réunification pacifique de l'Allemagne, les changements en Europe centrale et de l'est, le retrait des troupes d'Afghanistan — tout cela résulte de la Perestroïka.

    Enfin, il faut souligner également la fin de la course aux armements nucléaires. Les accords signés à cette époque ont permis de réduire le volume d'armes nucléaires dans le monde de 80% par rapport à la période de la Guerre froide. Et nous avons le droit d'en être fiers.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Mikhaïl Gorbatchev interdit d’entrée en Ukraine
    La cause du refroidissement Russie-Occident selon Gorbatchev
    Gorbatchev: l'isolement de la Russie est impossible
    Mikhaïl Gorbatchev chante une chanson pour son anniversaire
    Tags:
    chute, Mikhaïl Gorbatchev, URSS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik