Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May

    Theresa May: «Nous quittons l'UE mais nous ne quittons pas l'Europe»

    © AFP 2019 Daniel LEAL-OLIVAS
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    1131
    S'abonner

    La première ministre britannique Theresa May a dévoilé mercredi les plans de Londres après sa sortie de l'Union européenne.

    Theresa May
    © REUTERS / Kirsty Wigglesworth/Pool
    Elle a notamment confirmé que le Royaume-Uni allait quitter l'UE et le marché commun mais "sans se précipiter, afin de donner aux entreprises le temps de se préparer et de se réorganiser". En politique étrangère, y compris en ce qui concerne les sanctions contre la Russie, Londres compte continuer de coopérer étroitement avec ses partenaires de l'UE.

    Pour la première fois depuis le référendum de juin 2016 sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, la première ministre a expliqué en détail quelles démarches seraient entreprises par les autorités pour remplir la volonté du peuple. "Nous devons profiter de ce moment historique, de ce tournant dans notre histoire pour marquer une pause et nous demander quel pays nous voulons être", a-t-elle affirmé à la population. Et d'ajouter: "Ma réponse est claire. Je veux que le Royaume-Uni sorte de cette période de changement plus fort, plus juste, plus uni et plus ouvert que jamais. Nous avons décidé de quitter l'Union européenne non pas parce que nous rejetons ses valeurs ou pour lui causer du tort, mais pour restaurer notre droit à l'auto-détermination. Nous quittons l'UE mais nous ne quittons pas l'Europe."

    Lors de son allocution, Theresa May n'en a pas moins présenté un plan très ferme de sortie de l'UE. Ses propositions tiennent en 12 points clés repris sur la page Twitter officielle de la première ministre. La chef du gouvernement a notamment noté que son pays reviendrait à la priorité de la législation nationale, préserverait son espace migratoire commun avec l'Irlande et quitterait le marché commun de l'UE en signant, à la place, un accord de libre-échange.

    Dans le même temps, en politique étrangère (qui était déjà la prérogative des pays membres et non de Bruxelles) Londres appelle au maintien de "relations aussi bonnes et étroites que possible" avec les partenaires de l'UE. Theresa May a notamment laissé entendre que cette nouvelle donne n'influencerait pas la politique de sanctions contre la Russie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Tags:
    Union européenne (UE), Theresa May, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik