Lu dans la presse
URL courte
Par
15311
S'abonner

Le 20 janvier 2017, jour de l'investiture de Donald Trump à la présidence américaine, la dette publique américaine s'élevait à 19 961 milliards de dollars soit 39 milliards avant la barre psychologique des 20 000.

Donald Trump entrera donc dans l'histoire comme le président ayant dépassé ce seuil.

Le 45e président des États-Unis ne s'arrêtera certainement pas à ce chiffre. "S'il mettait en œuvre les plans qu'il a prévus, le déficit public augmenterait de 1 000 milliards par an", a calculé le commentateur politique Stan Collender. Autrement dit, le déficit pourrait augmenter de 4 000 milliards de dollars pendant le premier mandat de Trump (en l'absence d'impeachment) et de 8 000 milliards s'il était réélu pour un second mandat. Ainsi, dans huit ans, Donald Trump pourrait transmettre les clefs de la Maison-Blanche au prochain président avec une dette de 28 000 milliards de dollars.

Si l'on considère que George W. Bush a accumulé une dette de 4 900 milliards de dollars en deux mandats, et qu'Obama l'a encore augmentée de 9 300 milliards de dollars en huit ans de travail, à ce rythme Trump pourrait faire grimper la dette de 18 000 milliards de dollars en deux mandats.

Cependant au printemps 2016, dans une interview accordée à la chaîne CNBC, Donald Trump expliquait qu'il ne comptait pas faire monter la dette au même rythme que ses prédécesseurs. "Nous continuerons d'emprunter mais uniquement si l'économie américaine ralentit brusquement ou en cas de montée en flèche des taux d'intérêt. Nous pourrons nous entendre avec nos créanciers." La chaîne russe Vesti pense que Trump réussira à persuader les créanciers d'accepter moins de 100 cents pour un dollar. Mais jusqu'ici, les obligations du Trésor étaient toujours considérées comme des actifs sans risque sur lesquels repose le système financier mondial, et les investisseurs s'attendaient toujours à obtenir 100 cents pour un dollar.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Donald Trump, 45e président des États-Unis
Barack Obama et la dette immonde américaine
Le FMI exhorte les Etats-Unis de ne pas accroître sa dette nationale
Dette publique US: troisième mois consécutif de baisse de la part russe
Tags:
dette publique américaine, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook