Ecoutez Radio Sputnik
    Fusée Atlas V

    Les Américains ne partiront pas dans l'espace sans la Russie

    © NASA. Bill Ingalls
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    Technologies Made in Russia (101)
    93242422

    L'académicien Boris Katorguine, créateur des meilleurs moteurs à combustible liquide pour les fusées et lauréat du prix Global Energie, s'exprime sur les perspectives de la conquête spatiale, l'entrepreneur Elon Musk et la nécessité de revenir sur la Lune.

    L'académicien pense notamment qu'hormis les moteurs russes, "le F-1 américain était très intéressant" — que les USA utilisaient pour le premier étage de leur fusée Saturn V qui a servi aux lancements sur la Lune. D'une poussée de 680 tonnes, il consommait de l'oxygène avec du kérosène. Parmi les moteurs de moindre poussée, il relève également le RL-10 conçu par la compagnie Pratt Whitney: oxhydrique, il avait une poussée de 10 tonnes et était utilisé sur les étages supérieurs des fusées. Sa version modernisée est utilisée sur les fusées Atlas dotées également du moteur russe RD-180.

    Le scientifique est convaincu que les Américains ne renonceront pas à l'achat de moteurs russes: "En 1996 nous avons signé un contrat pour le développement du moteur RD-180 à oxygène-kérosène d'une poussée de 400 tonnes installé sur le premier étage d'Atlas. Nous avons convenu à l'époque de livrer aux USA 101 moteurs. Nous en avons fourni 87 et 72 se sont déjà envolés. Bien sûr, les USA voudraient avoir leur moteur mais j'ignore si les Américains parviendront à créer quelque chose du genre ou mieux. Sans la Russie, les Américains ne partiront pas dans l'espace de toute façon: en plus des 101 moteurs, ils en ont commandé encore 20 malgré toutes les sanctions."

    Selon Boris Katorguine, il faut aujourd'hui construire des moteurs à usages multiples sur le modèle du système Bouran en URSS. Le moteur le plus grand et le plus efficace énergétiquement dans le monde, le RD —170 (800 tonnes de poussée et brûlant près de 2,5 tonnes de combustible à la seconde) était précisément destiné à être utilisé plusieurs fois.

    L'académicien apprécie également l'activité d'Elon Musk, qui a réussi à récupérer des fusées de lancement en les faisant atterrir sur des navires: "Il marche en terre inconnue. L'usage d'étages de Space X récupérés est techniquement possible, mais il faut élaborer en détail cette technologie et faire en sorte de ne pas endommager quoi que ce soit pendant la récupération. Tout cela vient avec l'expérience." Cependant, d'après Boris Katorguine, Elon Musk va trop vite en besogne concernant le vol sur Mars. Selon lui, il faut d'abord envoyer un plus grand nombre de drones pour étudier la planète car "Mars réserve de nombreux mystères et dangers, y compris pour l'homme".

    Le scientifique estime que le principal exploit de ces dernières années est la construction du cosmodrome Vostotchny en Russie, qu'il faut continuer de développer. "Il est nécessaire de mettre un accent particulier sur la création de l'infrastructure pour le lancement de missiles lourds et très lourds, y compris sur la Lune", selon lui. Il est convaincu qu'il faut revenir sur notre satellite car il pourrait devenir un excellent avant-poste pour étudier l'espace.

    Certains tentent de comprendre pourquoi les Américains ont si brusquement cessé les vols sur la Lune. La reprise de ces vols est une excellente démarche, notamment dans le contexte de la maîtrise de l'énergie spatiale. De plus, on étudie la possibilité de créer des stations orbitales qui se situeront très loin des "orbites d'appui circumterrestres".

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Technologies Made in Russia (101)

    Lire aussi:

    L'ESA et Airbus créent un concurrent du lanceur russe Angara
    "Sans moteurs russes, les fusées américaines resteront clouées au sol"
    Le Pentagone s'équipe avec des moteurs-fusées russes
    Sorry, McCain: des propulseurs de fusée russes bientôt livrés aux USA

    Lire aussi:

    Pour le moment, la Russie poursuivra ses livraisons de moteurs de fusées aux USA
    Ce moteur d'avion russe fonctionne avec tous les combustibles
    Des ingénieurs essaient un moteur de fusée en plastique imprimé en 3D
    Tags:
    coopération spatiale, espace, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik