Lu dans la presse
URL courte
Par
2612
S'abonner

Des élections législatives anticipées pourraient être organisées en Italie suite au référendum de fin 2016 sur la réorganisation politique du pays.

Depuis la démission de l'ex-premier ministre Matteo Renzi, dont la réforme électorale a été repoussée au référendum, ce dernier nourrit encore beaucoup d'espoirs quant à d'éventuelles élections anticipées. Selon des sources du parlement italien, le vote pourrait se tenir au printemps. Conscient du changement d'atmosphère politique et compte tenu de la hausse du soutien aux partis d'opposition, Renzi ne veut pas perdre son influence et s'inquiète de l'avenir du parti démocrate qu'il dirige.

Le 25 janvier, la Cour constitutionnelle italienne a invalidé certains termes de la loi électorale adoptée en 2015, poussant encore un peu plus le pays vers des élections anticipées. La réforme de Renzi était perçue par certains comme une tentative d'usurper le pouvoir et de porter atteinte à la démocratie mais l'ex-premier ministre avait un argument de poids pour de telles transformations: 66 gouvernements se sont en effet succédé en Italie depuis 1945. Selon Renzi, son initiative visait à "stabiliser le système politique en mettant un terme aux guerres partisanes".

La décision de la cour de ne pas annuler entièrement la loi électorale mais d'y apporter des amendements significatifs signifie que l'organisation d'élections anticipées est techniquement possible. De plus, d'après des sources politiques italiennes, on évoque activement aujourd'hui l'idée d'un vote au printemps — une petite victoire pour Renzi qui prône par tous les moyens la tenu de législatives anticipées. Malgré la défaite au référendum, l'ex-premier ministre espère profiter de l'occasion pour rester à la tête de son parti et même revenir au poste de chef du gouvernement.

Cependant, la majorité des forces d'opposition est favorable à l'élaboration d'une nouvelle loi électorale avant d'autres élections.

"Renzi voudrait organiser les élections au printemps en pensant qu'il sera capable de gagner et de contrôler les processus internes dans son parti. Mais je suis certain que les Italiens ne voudront pas revoir un gouvernement de gauche qui a été incapable de régler les principaux problèmes de l'Italie: la migration, le chômage et la crise économique. Je le répète: les Italiens ont déjà donné une chance au gouvernement de gauche et ne veulent plus voir Renzi, Gentiloni et le parti démocrate. Organisons les élections maintenant et nous verrons. Nous n'avons pas peur d'un vote démocratique", a déclaré le leader de la Ligue du Nord Matteo Salvini.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Le président italien accepte la démission de Matteo Renzi
Référendum italien: nouvelle défaite pour Bruxelles?
En Italie, tout ne fait que commencer avec la démission de Renzi
Berlusconi pourrait reprendre le poste de premier ministre italien
Tags:
référendum, Matteo Renzi, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook