Ecoutez Radio Sputnik
    Pouchkine

    Ce que vous ne saviez pas sur le dernier duel de Pouchkine

    © Photo. pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    5151
    S'abonner

    Le 29 janvier 1837 ( le 8 février selon le nouveau calendrier ), le poète russe Alexandre Pouchkine était mortellement blessé pendant un duel à Tchernaïa Retchka. Deux jours plus tard, il succombait à ses blessures dans son appartement de Saint-Pétersbourg.

    Pendant que le beau monde de la capitale affichait sa compassion envers Georges d'Anthès, son adversaire blessé au bras, des milliers de personnes de toutes les classes se sont rendues à l'appartement du poète mourant. Le dernier duel de Pouchkine est entré dans l'histoire comme un jour noir dans la littérature russe, et a mis un point final à une histoire de plus d'un an.

    Retour en arrière sur le plus célèbre duel de l'histoire de la Russie et les événements qui l'ont précédé.

    Combien de protagonistes ?

    Début 1837 les galanteries insistantes de Georges d'Anthès, qui voulait séduire Natalia Gontcharova, étaient entourées de nombreux scandales, intrigues, rumeurs et lettres d'insulte, y compris celle qui qualifiait Pouchkine de « coadjuteur du grand maître de l'Ordre des cocus ». Tout cela impliquait à l'époque un grand nombre de protagonistes.

    D'Anthès était soutenu par son père adoptif: l'émissaire des Pays-Bas en Russie, le baron van Heeckeren-Bewerweerd dont d'Anthès devait hériter du titre et de sa grande fortune. Van Heeckeren participait activement au règlement de la situation et a même rencontré Natalia pour la supplier de répondre aux convoitises de son fils adoptif. Dans une certaine mesure, d'Anthès et le baron étaient soutenus par d'autres représentants de l'élite comme le comte Alexandre Stroganov, qui a été conseiller du baron à la veille du duel, et Idalia Maria de Oberto ( Poletika ), cousine de Natalia qui faisait partie des plus grandes antagonistes du poète Pouchkine.

    Dans cette histoire étaient également impliquées deux sœurs de Natalia — Ekaterina et Alexandrina ( sachant que les mauvaises langues affirment que Pouchkine et d'Anthès ont eu des aventures avec chacune des sœurs ). La mort de Pouchkine séparera Ekaterina et Natalia à tout jamais. Mais l'un des principaux « observateurs » de l'intrigue était l'empereur Nicolas Ier en personne, qui avait depuis longtemps un faible pour la magnifique Natalia Gontcharova.

    Qui a appelé en duel ?

    Pouchkine a envoyé le premier appel en duel à d'Anthès en automne 1836. Le duel n'avait finalement pas eu lieu suite à la décision inattendue de d'Anthès d'épouser la sœur de Natalia Gontcharova, Ekaterina, après quoi il avait toutefois recommencé de faire la cour à Natalia. Tout le monde sait que le second duel a eu lieu en hiver 1837 après la réplique offensante de d'Anthès adressée à Natalia.

    Cette fois, c'est Pouchkine qui a été appelé en duel: d'Anthès s'était effectivement permis un calembour déplacé et le poète, voulant provoquer l'affrontement, a intentionnellement envoyé une lettre outrageante au beau-père de d'Anthès — van Heeckeren. Ce dernier, selon l'une des versions, aurait répondu à la lettre par un appel en duel après s'être concerté avec Stroganov, mais eu égard à son âge il a envoyé à sa place son fils adoptif: le chevalier garde d'Anthès.

    Le calembour offensant Natalia et son mari concernait un esthéticien de pédicure ( pour les cors au pied ) qui rendait visite aussi bien à Natalia qu'à l'épouse de d'Anthès Ekaterina. D'Anthès se serait permis de dire en français à Natalia que d'après l'esthéticien le « cor » de la femme de Pouchkine était plus beau que celui d'Ekaterina — un jeu de mot entre cor et corps. Natalia s'est plainte à son époux de cette grossièreté.

    Qu'en pensait Natalia ?

    Alexandre Pouchkine était de 13 ans l'aîné de sa femme. Ils s'étaient rencontrés en 1828 et en 1829, le poète avait fait sa première demande en mariage: il avait 29 ans, elle en avait 16. Elle commençait seulement à atteindre la maturité alors que Pouchkine avait une expérience solide en aventures amoureuses — sa liste d'amantes comptait déjà 37 noms. La réponse des Gontcharov était floue et ne supposait pas un accord ou un refus immédiat: la mère de Natalia avait seulement estimé que sa fille était « trop jeune pour se marier ». Toutefois Pouchkine lui-même, en parlant d'une éventuelle union, disait seulement espérer qu'avec le temps la jeune épouse « s'habituerait » à lui. Le poète n'osait pas rêver de l'amour de Natalia.

    La seconde tentative ( cette fois réussie ) a eu lieu en 1830, et ils se sont mariés en 1831 — pour accélérer le mariage, le poète avait lui-même payé la dot de la mariée. Après leur union, la situation n'a fait que se compliquer: le poète a fait venir sa jeune épouse à Tsarskoe Selo, où au lieu d'une vie tranquille l'attendait l'immense succès de Natalia auprès de la cour. Gontcharova a été remarquée par l'empereur Nicolas Ier en personne — le poète devait dépenser beaucoup d'argent pour la toilette à la mode de sa femme. Et il était jaloux.

    En 1835, aux nombreux admirateurs de Natalia qui avait déjà à l'époque quatre enfants, s'est ajouté le Français Georges d'Anthès, chevalier-garde, du même âge que Natalia, beau, ayant du succès auprès de l'élite et disposant d'une certaine fortune. On ignore si elle sympathisait avec d'Anthès et dans quelle mesure. Mais on sait que les convoitises de d'Anthès étaient parfois obsessionnelles. Au moins un épisode scandaleux s'est produit dans cette histoire en 1836: Idalia Poletika a invité un jour Natalia pour la laisser seule avec d'Anthès, qui a commencé à menacer Gontcharova de se suicider si elle le rejetait. Natalia a fui pour tout raconter à son époux. L'automne de la même année, Pouchkine et certains de ses amis ont reçu le pamphlet intitulé « Coadjuteur du grand maître de l'Ordre des cocus ». Persuadé que ses auteurs étaient d'Anthès et le baron van Heeckeren, Pouchkine a appelé en duel le jeune homme qui a immédiatement annoncé avoir l'intention depuis longtemps d'épouser la sœur de Natalia — Ekaterina. Et au lieu d'un duel, c'est un mariage qui a été organisé.

    On ignore également quels étaient réellement les sentiments de Gontcharova pour son mari — les experts n'arrivent toujours pas à savoir où sont passées ses lettres adressées à Pouchkine. Mais d'après certains faits, dont le poème « Quand dans mes bras… » écrit par le poète en 1830 à sa fiancée, on pourrait supposer que Gontcharova était jalouse des anciennes amantes de Pouchkine et ne le cachait pas à son futur mari. Sachant que dans ses lettres, le poète accusait souvent sa femme de coquetterie, alors que ses contemporains décrivent la plus belle femme de Saint-Pétersbourg tantôt comme une frivole coquette, tantôt comme une femme très froide et renfermée.

    Qu'a écrit Pouchkine à l'empereur après le duel ?

    Pouchkine a reçu dans sa vie 30 demandes de duel, dont trois ont réellement eu lieu. Le troisième et le dernier fut celui contre d'Anthès.

    Étant donné qu'à l'époque de Pouchkine les duels étaient interdits et que les amis du poète s'y opposaient, Pouchkine n'arrivait pas à se trouver un assistant — il avait même proposé à l'assistant de d'Anthès, d'Archiac, de choisir un candidat à son entendement, mais ce dernier a refusé. Pouchkine s'est finalement adressé à son ami du lycée, Danzas, pratiquement le jour du duel.

    Dans ce duel sur Tchernaïa Retchka, Pouchkine a été blessé à la hanche et au ventre, d'Anthès au bras. Dans la nuit du 27 au 28 janvier, le poète mourant et l'empereur Nicolas Ier ont échangé des lettres — Pouchkine présentait ses excuses pour avoir enfreint l'interdiction des duels et demandait de ne pas punir Danzas qui s'était porté assistant. La lettre a été transmise au palais par le docteur Arendt. Et il est revenu avec la réponse: l'empereur écrivait qu'il pardonnait le poète et promettait de prendre en charge son épouse et ses enfants.

    Le surlendemain, le 29 janvier, Pouchkine succombait à ses blessures.

    Que sont devenus Natalia Gontcharova, d'Anthès et les autres ?

    Alexandre Pouchkine a été enterré dans le gouvernement de Pskov, dans l'enceinte du monastère Sviatogorski, à côté de sa mère. Natalia Gontcharova n'a pas assisté aux obsèques: sous le choc, elle s'est mise à délirer et n'a visité la tombe du poète que deux ans après sa disparition. Elle n'est réapparue à la cour que six ans plus tard, en 1843, et un an plus tard elle a épousé le général Piotr Lanski. Natalia avait 32 ans. Elle a encore mis au monde trois fils avant de mourir de la fièvre en 1863. Dans son union avec Alexandre Pouchkine elle a donné naissance à deux filles et à deux fils qui ont connu une longue vie et sont morts au XXe siècle.

    En hiver 1837, toutes les personnes concernées par le duel sont passées au tribunal. D'Anthès a été renvoyé et expulsé du pays — accompagné par Ekaterina, la sœur de Natalia. Les sœurs n'ont plus jamais repris contact. Le baron van Heeckeren, beau-père de d'Anthès, a également été expulsé du pays. Danzas a passé quelques mois dans une prison militaire, mais sa participation au duel n'a pas affecté ses états de service à terme.

    L'empereur a tenu tous ses engagements devant la famille Pouchkine: les biens hypothéqués ont été libérés de la dette, les fils ont obtenu une bourse d'étude et des fonctions de pages, les filles célibataires et la veuve ont touché une pension. La famille a également reçu 10 000 roubles et le droit de bénéficier de tous les revenus des recueils du poète édités avec le budget de l'État.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagen t que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    L’UNESCO fête les 100 ans du musée Pouchkine
    Le musée Pouchkine à Paris
    Les partisans de Pussy Riot ont mis une cagoule sur Pouchkine
    Made in China... dans la langue de Pouchkine
    Tags:
    duel, histoire, Alexandre Pouchkine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik