Ecoutez Radio Sputnik
    Hélicoptères de Russie

    Les Chinois signent un contrat à long terme avec Hélicoptères de Russie

    © Sputnik . George Zimarev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    4243
    S'abonner

    La Chine lance un partenariat à long terme avec le holding Hélicoptères de Russie pour la production d'hélicoptères universels.

    « Les Chinois sont en mesure de reproduire n'importe quelle technologie mais ils n'ont jamais produit d'hélicoptères lourds. Ils n'ont tout simplement pas d'expérience en la matière. Dans ce domaine, la Russie est le seul pays capable de leur accorder tout le soutien technologique nécessaire », explique Dmitri Drozdenko, expert en aviation militaire et rédacteur en chef adjoint de la revue Arsenal Otetchestva.

    Selon l'expert, Hélicoptères de Russie et AVIC International Holding Corporation seront les protagonistes principaux de ce projet bilatéral. Les deux entreprises assureront la conception conjointe du nouvel hélicoptère lourd Advanced Heavy Lifter. Selon les exigences de la partie chinoise, la masse maximale au décollage de l'appareil devrait être de 38,2 tonnes, alors que son plafond opérationnel atteindra 5 700 mètres. L'hélicoptère aura une portée de 630 kilomètres et une vitesse maximale de 300 kilomètres par heure.

    « Il est pour le moment difficile de dire qui obtiendra au final les droits de propriété intellectuelle du projet. Mais je doute que la Russie laisse facilement la Chine prendre des conceptions communes pour en tirer avantage. Il s'agira probablement d'une production conjointe sur le plan financier avec une participation technologique russe », souligne Dmitri Drozdenko.

    Lire aussi:

    Aucun Russe à bord des hélicoptères tombés en RDC
    Deux pilotes russes tués dans des crashs d'hélicoptères en RD Congo?
    Des viseurs dernier cri pour les Su-35
    Aux USA, drones et hélicoptères pour fermer l’accès des résidences diplomatiques russes
    Tags:
    hélicoptères, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik