Lu dans la presse
URL courte
Par
11161
S'abonner

L'Institut national de la mémoire de la Pologne a saisi le tribunal de Lublin pour demander un mandat d'arrêt contre Michael Karkoc, originaire d'Ukraine, considéré par Varsovie comme ex-commandant d'une division SS.

Si cette requête était satisfaite, la Pologne exigerait l'extradition de Karkoc, qui a 98 ans aujourd'hui et vit aux USA, a déclaré le procureur Robert Janicki.

​Janicki a ajouté que l'âge du suspect ne posait pas de problème pour le traduire en justice: si le tribunal le reconnaissait coupable, l'ex-SS serait envoyé en prison.

L'agence Associated Press a été la première à parler de Karkoc en 2013. Les journalistes avaient alors établi qu'il avait commandé la légion ukrainienne d'autodéfense sous la direction de la SS pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette unité chargée d'établir le contrôle dans les villages polonais près de Lublin brûlait des maisons et tuait des civils — y compris les femmes et les enfants.

Par la suite, les membres de la légion ont rejoint la division SS Galizien, rapporte Radio Pologne. Selon l'Institut polonais de la mémoire, Karkoc fut officier de cette division (appellation officielle: 14e Waffen-Grenadier-Division der SS Galizien) à partir de mars 1945.

Les proches de Karkoc nient son implication dans les crimes de guerre. Les membres de sa famille affirment également que ce dernier souffre de la maladie d'Alzheimer.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Un sous-marin US était prêt à couler des navires russes au large de la Syrie en 2018, selon Fox News
Des journalistes de BFM TV verbalisés par la police dans un restaurant clandestin à Paris
Une base aérienne américaine en Irak subit une attaque «massive» de roquettes
En Suède, 8 personnes blessées à l'arme blanche dans une «attaque terroriste» présumée - images
Tags:
extradition, arrêt, cour de justice, Seconde Guerre mondiale, Waffen-SS, Lunel, Pologne, Ukraine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook